Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ INFANTILE: Les parents devraient-ils donc fermer les yeux?

Actualité publiée il y a 3 années 7 mois 2 semaines
The Journal of Pediatrics

Le rôle des parents, face au surpoids de l’enfant est extrêmement complexe, car il met aussi en jeu la psychologie et l’image de soi de l’enfant. Evidemment, il ne s’agit pas de stigmatiser. Cependant on pourrait penser qu’une surveillance bienveillante des parents, qui passe par la juste perception du poids de l’enfant, pourrait contribuer à réduire sa prise de poids. Il n’en est rien si l’on en croit cette étude de l’Université de Liverpool. Ses conclusions, présentées dans la revue Pediatrics, suggèrent que l'identification des parents du surpoids de leur enfant ne protège pas contre la poursuite de la prise de poids mais au contraire est associée à un gain de poids plus élevé dans l'enfance…

Plusieurs études ont déjà montré l'écart fréquent et significatif entre la perception des parents du poids de leur enfant et son évaluation objective par l'indice de masse corporelle (IMC). Il existe ainsi une sorte de déni parental général censé appeler à sensibiliser les parents à la reconnaissance primordiale de ce facteur majeur de santé de l'enfant, à court terme et plus tard dans la vie. Un déni qui va jusqu'à la négation parfois, et précisément chez la moitié des parents d'enfants ouvertement en surpoids a estimé cette étude de l'Université du Nebraska, publiée dans la revue Pediatrics. Des données qui suggèrent qu'on ne peut compter sur la perception des parents et donc sur leur implication dans le contrôle du poids de leurs enfants ? La question devient encore plus complexe, avec cette nouvelle étude de l'Université de Liverpool. Cette étude sur l'effet de la perception erronée des parents sur le poids réel de l'enfant a été menée à partir des données de 3.557 enfants et leurs parents participant à la cohorte Longitudinal Study of Australian Children. Les scores d'IMC des enfants ont été suivis de l'âge de 4 à 13 ans en prenant en compte le sexe et l'âge de l'enfant. L'analyse de ces données confirme que les enfants dont les parents perçoivent leur poids comme étant « excessif », par opposition à « normal », vont prendre plus de poids et augmenter plus fortement leur IMC. De plus, cette constatation ne dépend pas du poids réel de l'enfant. Enfin, encore plus surprenant, c'est bien la perception des parents d'un gain de poids excessif chez l'enfant, qu'elle soit exacte ou erronée, qui est associée à ce gain de poids accru durant l'enfance. La perception des parents renforce la prise de poids de l'enfant ! En conclusion, la perception des parents d'un surpoids de l'enfant, qu'il soit exact ou inexact, est un facteur indépendant et majeur de futur gain de poids (excessif) de l'enfant. L'auteur principal, le Dr Eric Robinson, du département psychologie de l'Université de Liverpool commente ces résultats : « Contrairement à la croyance populaire, l'identification des parents du surpoids de l'enfant ne protège pas contre la poursuite de la prise de poids mais semble associée à plus de gain de poids dans l'enfance ». Face à ce résultat surprenant, il ajoute : « De plus amples recherches sont nécessaires pour comprendre comment les perceptions parentales du poids de l'enfant peuvent, de manière contre-intuitive, contribuer à l'obésité ». On peut supposer néanmoins qu'une perception parentale, à tort ou à raison, d'un surpoids de l'enfant est associé à tout un ensemble de facteurs de mode de vie et environnementaux qui peuvent aussi impacter le comportement alimentaire de l'enfant. Le principe de base, indiscutable, reste donc celui de la prévention du surpoids et de l'obésité, dès la diversification alimentaire, par l'éducation à un régime alimentaire varié et équilibré.

Autres actualités sur le même thème