Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ INFANTILE : Mais quel est le poids réel de hérédité ?

Actualité publiée il y a 2 années 3 mois 9 heures
Economics & Human Biology

L'obésité chez les enfants serait héritée des parents pour 35 à 40% estiment ces chercheurs de l’Université du Sussex et pour les enfants les plus sévèrement obèses, cet héritage atteindrait 55 à 60% ce qui suggère que plus de la moitié de leur propension à l'obésité est déterminée par la génétique et l'environnement familial. Cette étude, publiée dans la revue Economics & Human Biology à partir des données de 100.000 enfants et de leurs parents dans pays du monde, confirme globalement les chiffres de précédentes études.

Les chercheurs constatent à partir des données de plus de 100.000 familles du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de Chine, d'Indonésie, d'Espagne et du Mexique que la transmission intergénérationnelle de l'IMC (indice de masse corporelle) est approximativement constante à environ 0,2 par parent, c'est-à-dire que l'IMC de chaque enfant est, en moyenne, hérité pour 20% de la mère et pour 20% du père.


Le processus de transmission intergénérationnelle est identique dans tous les pays : le profil des résultats est remarquablement uniforme dans tous les pays, indépendamment du stade de développement économique, du degré d'industrialisation, du type d'économie et même des profils très divers de régimes alimentaires et de prévalence de l'obésité : ainsi les résultats sont similaires entre les Etats-Unis où les taux d'obésité sont très élevés et la Chine et l'Indonésie, où la prévalence de l'obésité est l'une des plus faible au monde.

L'effet IMC des parents sur l'IMC des enfants dépend de l'IMC de l'enfant ! Cela signifie que l'impact de l'hérédité est d'autant plus élevé que l'IMC de l'enfant est déjà élevé. Ainsi, l'effet parental est le plus faible chez les enfants les plus minces et le plus élevé chez les enfants les plus en surpoids. Pour l'enfant le plus mince, l'héritabilité de l'IMC est de 10% de la mère et de 10% du père. Pour l'enfant le plus sévèrement obèse, cette héritabilité atteint 30% de la part de chacun des parents, donc 60% au total. Des données qui contribuent à expliquer pourquoi les enfants de parents obèses sont beaucoup plus susceptibles d'être eux-mêmes obèses, avec cet effet parental de plus du double vs les enfants les plus minces.

Des résultats à implications de grande envergure pour la santé publique mondiale, car ils ramènent à l'importance des facteurs familiaux et génétiques de l'épidémie d'obésité. Mais attention, ces conclusions ne signifient pas que le poids est un trait génétique immuable. Une étude a d'ailleurs suggéré que le penser c'était déjà commencer à renoncer au maintien d'un poids de santé. Au contraire, les personnes convaincues de l'impact d'une alimentation saine et de la pratique de l'exercice, vont adopter les bons comportements avec plus de bénéfices à long terme pour la gestion du poids. Et même dans le cas d'une hérédité forte.

Feb, 2017 DOI:10.1016/j.ehb.2016.11.005 The intergenerational transmission of body mass index across countries

Lire aussi: OBÉSITÉ: Non, le poids n'est pas un trait génétique immuable!

Accéder à nos dossiers

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire
Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages