Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Jusqu'à 26% de la prise de poids liés aux stimuli visuels et publicitaires

Actualité publiée il y a 4 années 1 mois 3 jours
Obesity Reviews

Cette méta-analyse de la Yale, de pas de 45 études, précise l'ampleur de l'effet de la publicité sur le comportement alimentaire, et conclut : Jusqu'à 26% de la variance du comportement alimentaire ou de la prise de poids éventuelle sont liés aux réponses aux stimuli alimentaires, en particulier aux signaux visuels liés à la publicité.

Alors que certaines études ont suggéré un effet mineur des stimuli de notre environnement, sur la prise alimentaire, que d'autres accusent sans détour ces incitations et notamment celles des publicités, toutes s'accordent sur un effet significatif. Cette étude vient préciser, avec une pondération précise, l'influence globale des stimuli alimentaires visuels, sur notre alimentation, le choix de nos aliments, notre apport alimentaire et la prise de poids éventuelle.


Cette méta-analyse de 45 études, portant au total sur 3.292 participants, a évalué les effets prédictifs de la réponse aux stimuli alimentaires sur le désir de manger et les résultats liés au poids. L'analyse montre

· un effet qui pèse pour 11% en moyenne et au maximum 26%, sur le comportement alimentaire et le gain de poids. Ces données s'avèrent indépendantes de l'IMC, de l'âge ou des restrictions alimentaires.

· Que cette exposition aux signaux alimentaires via la publicité en particulier, augmente la prise de poids chez les enfants comme chez les adultes, qu'ils fassent un régime ou non, qu'ils soient maigres ou en surpoids.

· Cet impact des signaux alimentaires visuels (photos et vidéos) apparaît beaucoup plus forts que celui lié aux stimuli olfactifs.

« Jusqu'à 26% de la variance du comportement alimentaire ou de la prise de poids éventuelle a à voir avec le craving et d'autres types de réponses aux stimuli alimentaires », résume le Dr Hedy Kober, professeur de psychiatrie et de psychologie, co-auteur de l'étude. « La preuve est indiscutable, si les publicités alimentaires ont une telle puissance, pourquoi les laissons-nous être diffusées entre les dessins animés du matin ? ». Des implications -pourtant déjà connues- en santé publique, en particulier sur la limitation plus rigoureuse de la publicité de l'industrie agroalimentaire, en particulier sur la cible des plus jeunes.

Autres actualités sur le même thème