Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

OBÉSITÉ : La probabilité d’une perte de poids de 5 % ou plus reste faible

Actualité publiée il y a 6 mois 3 semaines 4 jours
JAMA
Les conclusions de cette analyse des données de cette large étude de cohorte ne doivent pas décourager : cependant, les résultats indiquent que la probabilité annuelle d'une perte de poids de 5 % ou plus reste faible (Visuel Adobe Stock 321355418)

Les conclusions de cette analyse des données de cette large étude de cohorte ne doivent pas décourager : cependant, les résultats indiquent que la probabilité annuelle d'une perte de poids de 5 % ou plus reste faible chez les adultes obèses, en dépit d’une sensibilisation croissante aux avantages d’un poids de santé et aux complications associées au surpoids. Ces données, présentées dans le JAMA révèlent tout de même qu’une perte de poids de 5 % ou plus est plus fréquemment atteinte, chez ce groupe de patients, qu'une réduction de l'IMC à la catégorie de « poids santé », en particulier chez les patients dont l'IMC est élevé. Avec une implication, en termes d’objectif à suggérer au patient.

 

L’étude qui porte sur les données de 18,4 millions de patients, âgés de 17 à 70 ans, suivis de 2009 à 2022, souffrant de surpoids et d'obésité précise la probabilité que des adultes en surpoids ou obèses qui vont rechercher des soins de santé pour perdre du poids, parviennent en fin de compte à une perte de poids significative, voire à un retour au poids de santé. Les différentes catégories d’IMC (poids en kilogrammes divisé par la taille en mètres au carré) ont été définies comme suit :

 

  • IMC inférieur à 18,5 : insuffisance pondérale
  • de 18,5 à 24,9 : poids de santé
  • de 25,0 à 29,9 : en surpoids
  • de 30,0 à 34,9 : obésité de classe 1
  • de 35,0 à 39,9 : obésité de classe 2
  • de 40,0 à 44,9 et 45,0 ou plus : obésité de classe 3 ou sévère.

Les principaux critères étaient une perte de poids de 5 % ou plus (c.-à-d. une réduction ≥ 5 % du poids initial) et une réduction de l'IMC à la catégorie de poids santé (c.-à-d. un IMC de 18,5 à 24,9).

L’analyse révèle en particulier que :

 

  • à l’inclusion, 72,5 % des patients présentaient un surpoids ou une obésité ;
  • dans l'ensemble, les personnes obèses ont perdu 5 % ou plus de leur poids initial au cours du suivi ;

  • la probabilité de parvenir à une perte de poids de 5 % ou plus du poids corporel, augmente un IMC IMC initial plus élevé ;
  • ainsi, chez ces participants en surpoids et obèses, la probabilité annuelle d'une perte de poids de 5 % ou plus est de 10 %, mais augmente avec un IMC plus élevé à 1 personne sur 6 avec un IMC initial de 45 ou plus ;
  • la probabilité annuelle de retrouver un poids santé est moins probable, en particulier pour les personnes ayant un IMC initial de 45 ou plus ;
  • ainsi, la probabilité annuelle de réduction de l'IMC vers la catégorie de poids santé varie de 1 personne sur 19 présentant un surpoids à 1 personne sur 1.667 ayant un IMC initial de 45 ou plus.

 

Alors que les résultats ne sont pas au rendez-vous chez ce groupe de patients obèses qui cherche à perdre du poids, avec l'aide de professionnels de santé, cela suggère que les efforts de santé publique doivent favoriser les interventions qui aident les personnes en surpoids à perdre plus de poids, et à maintenir cette perte de poids plus significative.

Plus sur le Blog Obésité

Autres actualités sur le même thème