Actualités

OBÉSITÉ : L'enzyme aldose réductase favorise l’adiposité

Actualité publiée il y a 5 mois 2 jours 21 heures
Obesity
Une alimentation riche en graisses favorise l'induction de l'activité de l'aldose réductase (AR), qui favorise l'expression puis la sénescence des adipocytes dans le tissu adipeux sous-cutané et freine la lipolyse (Visuel Adobe Stock 233716499)

Déjà impliquée par de précédentes études dans la pathogenèse de la maladie diabétique et notamment de certaines de ses complications ophtalmologiques, l’enzyme aldose réductase (AR) est pointée du doigt par cette équipe de la NYU Grossman School of Medicine (New York) : une alimentation riche en graisses favorise l'induction de l'activité de l'aldose réductase (AR), qui favorise l'expression puis la sénescence des adipocytes dans le tissu adipeux sous-cutané et freine la lipolyse, selon cette étude publiée dans la revue Obesity.

 

L’étude démontre que l'expression du gène de l'aldose réductase augmente dans le tissu adipeux des humains comme des souris obèses, et qu'un inhibiteur de l'aldose réductase atténue la prise de poids, réduit la sénescence des adipocytes et favorise à nouveau la lipolyse même en cas de régime riche en graisses; Ainsi, la recherche suggère de tester ces inhibiteurs en tant que compléments thérapeutiques dans le traitement de l’obésité, relève l’auteur principal, le Dr Ravichandran Ramasamy, de la NYU Grossman School of Medicine.

 

L’étude menée sur des souris modèles d’obésité induite par un régime riche en graisse avec libre accès à l'eau et à la nourriture et soumises à des cycles lumière/obscurité de 12 heures. Après 11 semaines d'alimentation riche, les souris ont reçu l’inhibiteur de l'aldose réductase (ARI) Zopolrestat (Zop). L’expérience montre :

 

  • qu'une alimentation riche induit une augmentation significative de l'expression de l'AR et d’un marqueur de sénescence (Cdkn2a) dans tous les tissus ;
  • la mesure, à partir du plasma, du glycérol (précurseur des triglycérides), des acides gras libres non estérifiés (NEFA) et des triglycérides après un jeûne de 4 heures révèle des taux de NEFA significativement plus élevés chez ces souris nourries avec un régime riche ;
  • l’analyse de l’ADN de participants humains souffrant d’obésité confirme cette expression accrue de l'AR et du marqueur de sénescence ;
  • la lipolyse (dégradation des graisses) des coussinets adipeux scAT récupérés chez des souris nourries avec un régime riche est réduite par rapport aux animaux nourris avec un régime standard ;
  • les souris privées de la protéine AR (AR knock-out) et les souris traitées avec un inhibiteur de AR présentent une sénescence réduite et une lipolyse accrue.

 

Pris ensemble, ces résultats démontrent le rôle clé de l’enzyme AR et ouvrent la voie des inhibiteurs de l’AR.

 

« Il s'agit d'une découverte importante et ces données sont convaincantes. Aujourd'hui, nous ne disposons pas de médicaments qui ciblent efficacement le tissu adipeux dysfonctionnel. Ces découvertes devraient aider les scientifiques à trouver des médicaments pouvant cibler cette nouvelle voie et qui pourraient être utilisés dans le traitement de l'obésité et du diabète » .

Plus sur le Blog Nutrition
Plus sur le Blog Obésité

Autres actualités sur le même thème