Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ : Même un tout petit peu d'exercice physique réduit le risque cardiométabolique

Actualité publiée il y a 2 années 8 mois 3 semaines
Clinical Obesity

Cette analyse des données de la fameuse cohorte Framingham Heart Study confirme le principe que même un tout petit peu d’exercice physique est meilleur que pas du tout pour la santé, en particulier chez les personnes en surpoids ou atteintes d'obésité. Précisément, cette équipe de l'Université de Boston démontre le lien entre une activité physique modeste et l'amélioration des marqueurs de l’inflammation et de la résistance à l’insuline, des facteurs prédicteurs du risque cardiovasculaire et de diabète. Des résultats, publiés dans la revue Clinical Obesity, qui suggèrent également que la pratique de l’exercice physique et son contraire, la sédentarité, agiraient inversement sur le risque cardiométabolique via des voies distinctes. Bref, en cas de surpoids, il faut bouger, même un minimum.

L'insuline est une hormone produite dans le pancréas qui régule le métabolisme du glucose et autres molécules énergétiques (glucides, les graisses et protéines). La résistance à l'insuline - ou inversement, la sensibilité - se réfère à la réponse du corps à l'insuline. Le diabète « sucré » de type 2 est défini par une résistance élevée à l'insuline qui se traduit par des niveaux élevés de sucre dans le sang (ou glycémie élevée) en raison d'une réponse inefficace à la signalisation normale de l'insuline. On sait que l'activité physique est associée à une diminution du risque de développer des maladies chroniques comme l'obésité, le diabète ou la maladie cardiaque et qu'une diminution des niveaux d'activité est associée à une augmentation des biomarqueurs qui peuvent contribuer au développement de la résistance à l'insuline.


Les chercheurs de Boston ont examiné à nouveau la relation entre l'activité physique et l'inactivité ou sédentarité, la résistance à l'insuline et les biomarqueurs de l'inflammation. Les participants, atteints d'obésité, étaient équipés d'accéléromètres pendant la journée pour estimer leur quantité d'activité physique, leur durée de sédentarité (temps passé assis ou allongé). Ces mesures ont ensuite été rapprochées des marqueurs chimiques de résistance à l'insuline, d'inflammation et de métabolisme dans le sang. L'étude constate que

-l'augmentation des niveaux d'activité physique, et même en dessous des niveaux nécessaires pour perdre du poids est associée à une diminution de la résistance à l'insuline et des biomarqueurs de l'inflammation.

-Plus de sédentarité est associée à des niveaux plus élevés de leptine - l'hormone de la satiété produite dans les tissus adipeux- et de FABP4, une protéine de liaison aux acides gras impliquée dans le transport des molécules de graisse.

Ainsi, l'activité physique et la sédentarité peuvent agir par des voies biologiques différentes pour moduler le risque de maladie. Cela contribue à expliquer les résultats d'études précédentes montrant que l'exercice physique ne pouvait pas éliminer totalement les effets nocifs d'une sédentarité excessive. Des données importantes donc pour apporter des recommandations d'exercice spécifiques à la prévention ou le traitement de maladies comme le diabète de type 2 ou la maladie cardiaque. Avec en pratique, un minimum d'exercice physique.

via Eurekalert (AAAS) 26-Jan-2017 Data suggests modest physical activity associated with improvement in markers

Accéder à nos dossiers

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire
Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Plus d'études sur la sédentarité

Autres actualités sur le même thème