Actualités

OBÉSITÉ : Un grand facteur d’insuffisance cardiaque en cas de ménopause tardive

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 6 jours
JAHA
L'obésité augmente directement et indépendamment le risque d'insuffisance cardiaque chez les femmes ménopausées, en particulier en cas de ménopause tardive (Visuel Fotolia 120688969)

L'obésité augmente directement et indépendamment le risque d'insuffisance cardiaque chez les femmes ménopausées, en particulier en cas de ménopause tardive, souligne cette étude à paraître dans le Journal de l'American Heart Association. Ainsi, la prise de poids, à la ménopause, est définitivement un facteur rédhibitoire pour la santé cardiaque, mais pas seulement, des femmes plus âgées.

 

Le mécanisme en cause est certainement hormonal, le corps d'une femme produisant moins d'œstrogène et de progestérone après la ménopause et ces changements pouvant accroître le risque de maladies cardiovasculaires, dont le risque d’insuffisance cardiaque. On savait déjà que les femmes qui entrent en ménopause avant 45 ans sont plus à risque d'insuffisance cardiaque, cette étude montre également l’impact considérable de l'obésité sur le risque d'insuffisance cardiaque chez les femmes qui connaissent une ménopause tardive, soit à l’âge de 55 ans ou plus.

Âge de la ménopause et risque cardiaque

Ainsi, si la ménopause survient généralement entre 45 et 55 ans, l'âge moyen de la ménopause naturelle a évolué durant ces 50 dernières années. Des analyses des données de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) montrent que la prévalence de la ménopause précoce (avant 45 ans) atteint aujourd’hui 12,6 % et que la prévalence de la ménopause tardive (après 55 ans) atteint 14,2 %. Ces variations de l’âge de la ménopause influent sur la prévalence de l’insuffisance cardiaque chez les femmes ménopausées.  

 

Quel effet de la ménopause tardive sur l'incidence de l'insuffisance cardiaque ? Cet effet reste mal connu et mal compris, souligne l'auteur principal, le Dr Imo A. Ebong, professeur agrégé de médecine cardiovasculaire de l'Université de Californie Davis : « Nous savons que l'obésité augmente le risque d’insuffisance cardiaque et que le début de la ménopause est associé à une augmentation de la graisse corporelle ». L’équipe a donc regardé comment l'obésité affecte la relation entre l'âge de la ménopause et le risque futur d’insuffisance cardiaque.

 

Obésité, âge de la ménopause et insuffisance cardiaque : l’analyse des données de 4.500 femmes ménopausées participant à l'étude ARIC (Atherosclerosis Risk in Communities), regroupées selon  leur âge au moment de la ménopause : moins de 45 ans ; 45-49 ans; 50-54 ans ; et 55 ans et plus, âgées en moyenne de 63 ans et évaluées à 4 reprises au cours de l’étude, montre que :

 

  • sur une durée de suivi de 16,5 ans, environ 900 participantes ont développé une insuffisance cardiaque ayant entraîné une hospitalisation ou le décès ;
  • il existe des liens significatifs entre l'âge de la ménopause, l'IMC, le tour de taille et le risque d'insuffisance cardiaque ;

pour chaque augmentation de 6 points d'IMC,

 

  • le risque d’insuffisance cardiaque augmente de 39 % pour les femmes du groupe ménopause avant 45 ans ;
  • le risque d’insuffisance cardiaque augmente de 33 % pour les participantes de la tranche d’âge 45-49 ans ;
  • ce risque double (2,02 fois plus élevé) chez les femmes du groupe « ménopause tardive » (55 ans ou plus) ;
  • en revanche, un IMC plus élevé n'est pas associé à un risque accru d'insuffisance cardiaque chez les femmes qui ont atteint la ménopause entre 50 et 54 ans ;

 

Pour chaque augmentation 15 cm de tour de taille,

 

  • le risque d’insuffisance cardiaque triple (2,93 fois plus élevé) chez les femmes entrées en ménopause à 55 ans ou plus ;
  • en revanche l’augmentation du tour de taille n'augmente pas significativement le risque d'insuffisance cardiaque chez les femmes des autres groupes d'âge à la ménopause.

 

Alors que les chercheurs s’attendaient à ce que l'effet de l'obésité sur le risque d'insuffisance cardiaque soit le plus marqué chez les femmes ayant connu une ménopause précoce, ce risque s’avère plus important chez les femmes qui ont connu une ménopause tardive.

Des données précieuses donc pour le dépistage de l'insuffisance cardiaque chez les femmes ménopausées.

 

« L'âge d’entrée d'une femme en ménopause est un facteur important pour de nombreux aspects de sa santé et les femmes devraient partager cette information avec leurs médecins, ici précisément pour évaluer leur risque d’insuffisance cardiaque, plus tard dans la vie ».

Autres actualités sur le même thème