Vous recherchez une actualité
Actualités

OPIOÏDES : Trop c’est trop !

Actualité publiée il y a 5 mois 1 jour 7 heures
Pain
Des doses d'opioïdes plus élevées ne réduisent pas plus la douleur

Des doses d'opioïdes plus élevées ne réduisent pas plus la douleur, conclut cette étude du Veterans Affairs Research. L’analyse, basée sur les données de plus de 50.000 patients anciens combattants, et présentée dans la revue Pain, confirme en revanche une forte augmentation, avec des doses plus élevées, du risque d'effets secondaires nocifs.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

En dépit des pratiques de prescription toujours plus courantes des opioïdes pour l'arthrite, les maux de dos, les cervicalgies, les neuropathies ou encore les maux de tête, les avantages  de l'augmentation de la dose d'opioïdes pour la gestion de la douleur chronique ne sont ni  bien évalués, ni compris. En pratique, on ignore si « l'escalade des prescriptions » conduit à une meilleure gestion de la douleur. De nombreuses études nous sensibilisent, dans le même temps, au risque d’effets secondaires lié à la prise prolongée et régulière de ces opioïdes, en particulier au risque de dépendance qui justifie l’appellation de véritable « crise des opioïdes ». L’équipe du Dr. Corey Hayes, également pharmacien, nous apporte une précision d’importance : en prendre plus ne permettra pas de mieux gérer la douleur.

« Les médecins doivent faire preuve d'une extrême prudence lorsqu'ils prescrivent une augmentation des doses d'opioïdes pour gérer la douleur non cancéreuse ».

 

Ces chercheurs ont examiné les données de prescription de plus de 50.000 participants ayant pris des opioïdes sur la période 2008 à 2015. L’analyse constate que les patients qui ont augmenté leur dose d'opioïdes n'ont pas connu de réduction significative de la douleur, par rapport aux patients qui ont poursuivi à la même dose. Précisément, au cours de la période d'étude, près de 21.000 patients ont vu leur dose d'opioïdes augmenter ; « l'escalade » de dose a été définie comme une augmentation de plus de 20% de la dose quotidienne moyenne et les patients dans ce cas ont été comparés à plus de 32.000 patients qui ont poursuivi sur la même dose. prendre la même dose d'opioïdes. Les patients ont évalué leur douleur sur une échelle numérique (0= aucune douleur et 10 = douleur imaginable). L’analyse révèle que :

  • les patients ayant augmenté& les doses ont des scores de douleur moyens bien supérieurs ;
  • leurs scores de douleur n'ont pas baissé de manière significative après l'augmentation des doses ;
  • 180 jours après l'escalade de dose, les scores moyens de douleur n'ont diminué que de 0,1 sur l'échelle de la douleur, alors que changements de score de douleur doivent atteindre au moins 0,5 à 1,0 pour être significatifs ;
  • sur la même période, le score moyen de douleur des participants ayant gardé la même posologie a diminué de 0,3.

 

 

Aucun avantage, que des risques ! Une étude de la même équipe, publiée dans l’excellente revue Addiction avait déjà confirmé un risque accru d'effets secondaires associé à des doses plus élevées. La nouvelle étude confirme que « le soulagement de la douleur recherché par le professionnel de santé et son patient n'est pas là avec l’augmentation des doses. « On ne voit pas l'avantage, en revanche on voit vite les risques ».

 

Les prescripteurs doivent mieux peser les risques et les avantages d'une augmentation de la dose : les médicaments opioïdes soulagent la douleur en réduisant l'intensité des signaux de douleur dans le cerveau et en ciblant les zones du cerveau contrôlant les émotions. Même pris correctement, les traitements opioïdes comportent un risque élevé d'abus et de dépendance. Les patients se voient fréquemment prescrire des doses accrues d’opioïdes en cas de contrôle insuffisant de la douleur, à des doses plus faibles. Et quelle que soit la dose, les patients peuvent développer une tolérance aux opioïdes au fil du temps, ce qui signifie qu'une dose plus élevée devient mécaniquement nécessaire pour obtenir les mêmes effets.

 

Des doses plus élevées d'opioïdes peuvent entraîner différents effets secondaires, tels que la constipation, des étourdissements, une sensibilité accrue à la douleur et un risque accru de troubles liés à la consommation de substances.

 

Ces résultats ajoutent aux preuves de l'inefficacité et du danger d'une augmentation des doses d'opioïdes.

Autres actualités sur le même thème