Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON : Cibler les mitochondries pour booster les neurones

Actualité publiée il y a 2 années 3 mois 3 jours
Cell Death and Differentiation

La découverte de ce commutateur génétique pourrait aider à prévenir les symptômes de la maladie de Parkinson, selon ces travaux de l'Université de Leicester qui mettent en lumière le réseau de gènes critiques impliqués dans les maladies neurologiques. Des résultats, présentés dans la revue Cell Death and Differentiation qui viennent confirmer ceux de toutes récentes études, soit l’importance de cibler et préserver les mitochondries qui apportent aux neurones toute leur énergie. Rappelons que certaines formes de Parkinson sont causées par des mutations dans les gènes PINK1 et PARKIN, qui jouent également un rôle dans le contrôle de la qualité mitochondriale : PINK1 et PARKIN affectent la façon dont les mitochondries brisent les acides aminés pour générer des nucléotides. Les chercheurs ont donc utilisé comme modèle des mouches à mutations sur PINK1 et PARKIN pour rechercher d'autres gènes critiques de Parkinson et c’est ainsi qu’ils ont découvert que le rôle clé du gène ATF4 : il agit comme un « commutateur » pour les gènes qui contrôlent le métabolisme mitochondrial et donc la santé des neurones. L’auteur principal, le Dr Miguel Martins, de l'Unité de toxicologie de l'Université de Leicester explique que lorsque l'expression de l'ATF4 est réduite chez les mouches, l'expression de ces gènes mitochondriaux chute, ce qui entraîne une dysfonction des mitochondries des cellules du cerveau et des déficits locomoteurs dramatiques.

Mais, a contrario, lorsque l'équipe surexprime ces gènes des mitochondries chez ces modèles de la maladie de Parkinson, la fonction mitochondriale est rétablie, et la perte des neurones évitée.


Retarder la perte neuronale par thérapie génique : cette étude sur les rôles de différents gènes dans les neurones humains pourrait conduire à des interventions sur mesure capables de prévenir ou retarder la perte neuronale spécifique de la maladie de Parkinson. En effet, en identifiant les réseaux de gènes qui orchestrent ce processus, dont le rôle clé du gène ATF4, les chercheurs désignent de nouvelles cibles thérapeutiques qui pourraient permettre de prévenir la perte de neurones.

Feb, 2017 DOI: 10.​1038/​cdd.​2016.​158 (In press) via Eurekalert 17-Feb-2017 Discovery of genetic 'switch' could help to prevent symptoms of Parkinson's disease

Plus de 200 études sur la Maladie de Parkinson

Lire aussi : -


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages