Vous recherchez une actualité

Actualités

PARKINSON et BOULIMIE, pourquoi ?

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 6 jours
Parkinsonism and Related Disorders
Boulimie avec Parkinson, deux explications possibles : une altération de la mémoire de travail et une altération de la sensibilité à la récompense.

 

Les chercheurs de la Scuola Internazionale Superiore de Studi Avanzati (SISSA-Trieste) rappellent que l’hyperphagie boulimique est un problème qui touche fréquemment les patients parkinsoniens. Ils identifient avec ces travaux, présentés dans la revue Parkinsonism and Related Disorders, deux explications possibles : une altération de la mémoire de travail et une altération de la sensibilité à la récompense.

 

La frénésie alimentaire qui affecte de nombreux patients parkinsoniens est un effet secondaire des médicaments dopaminergiques, expliquent tout d’abord les auteurs : « dans la littérature, les troubles du contrôle des impulsions, tels que l'hypersexualité ou l’addiction au jeu, ont également souvent été décrits comme associés à la maladie de Parkinson, en raison d’une altération de la mémoire de travail et de la sensibilité aux récompenses.

 

La frénésie alimentaire est un comportement qui résulte aussi de l’absence de contrôle d’une impulsion par une pensée plus profonde permettant de maintenir un comportement alimentaire « normal » et plus sain. L’équipe de Trieste montre que cette absence de contrôle chez certains patients parkinsoniens pourrait être associée à une atteinte de la mémoire de travail. Ce déficit amènerait les patients à se « gaver », ce qui leur permettrait de se préserver de garder en mémoire l'objectif à long terme d'un comportement alimentaire sain. Autre dysfonctionnement évoqué par l’étude, un dérèglement de la sensibilité à la récompense et à ses composantes, à savoir le plaisir (lié à la consommation de nourriture) et le désir (le désir d'obtenir de la nourriture).

 

Le système de récompense est déficient et l’altération de la mémoire de travail inhibe toute volonté : les chercheurs commencent par analyser la sensibilité à la récompense pour comprendre si et comment ce système est altéré chez les patients atteints de Parkinson souffrant d'hyperphagie boulimique.

La sensibilité aux récompenses comprend 2 composantes, « aimer » ou le plaisir que procure une action spécifique et « vouloir » ou la recherche de l'expérience du plaisir et de sa répétition.

  • Pour mesurer le premier élément, « le plaisir », les auteurs ont invité les participants à effectuer une « tâche d'amorçage affectif », dans laquelle ils devaient classer un stimulus positif ou négatif précédé par des aliments présentés de façon subliminale. Lorsque la nourriture possède une valeur positive pour le participant, celui-ci devrait être plus rapide à classer les stimuli positifs et vice versa si la nourriture possède une valeur négative.
  • Pour évaluer la deuxième composante, « le désir », les auteurs ont présenté des images d'aliments et ont demandé aux participants à quel point ils en avaient envie, en exerçant une pression sur un dynamomètre à poignée. Dans cette tâche, l'effort exercé est directement associé à sa motivation pour la récompense.

Ces 2 expériences montrent que :

  • les patients atteints de Parkinson et de boulimie, donnent une valeur négative aux aliments sucrés par rapport aux participants non affectés par la maladie, probablement parce que cette catégorie d'aliments est très problématique pour eux.
  • Les participants boulimiques présentent un déficit de mémoire de travail.

 

 

Or, la mémoire de travail est la fonction cognitive qui permet de garder l'information à l'esprit pendant que nous accomplissons une tâche. Chez les patients atteints de Parkinson souffrant de boulimie, le déficit de mémoire de travail leur permet d’éviter de penser aux effets possibles de leur comportement. L’étude apporte ainsi des indications sur les mécanismes qui sont altérés : le mécanisme de récompense ou le « plaisir » est perçu comme problématique et l’altération de la mémoire de travail qui inhibe toute volonté.  

D'autres études doivent encore confirmer ces explications, en particulier pour pouvoir mieux gérer ce comportement alimentaire -comme d’autres addictions- qui affecte non seulement fortement la qualité de vie des patients, mais les expose également à de graves problèmes de santé.

Autres actualités sur le même thème

Pages