Actualités

PERTE de POIDS : Miser sur un faible indice glycémique

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 2 heures
EuroHeartCare Congress
Un régime à faible indice glycémique (IG) peut aider les patients cardiaques à perdre du poids et à réduire leur risque (Adobe Stock 233958962)

Un régime à faible indice glycémique (IG) peut aider les patients cardiaques à perdre du poids et à réduire leur risque, souligne cette étude d’une équipe du Centre médical de Tachkent (Ouzbékistan), présentée lors de l’EuroHeartCare Congress de la Société Européenne de Cardiologie. L’équipe recommande aux patients atteints de maladie coronarienne, au-delà de la réduction des apports de graisse saturée, d'opter pour une consommation d'aliments à faible indice glycémique.

 

L'indice glycémique (IG) classe les aliments contenant des glucides en fonction de la rapidité avec laquelle ils affectent la glycémie. Les aliments à IG élevé provoquent une augmentation rapide de la glycémie et comprennent le pain blanc, le riz blanc, les pommes de terre et les sucreries. Les aliments à faible IG sont digérés plus lentement et augmentent progressivement la glycémie ; ils comprennent certains fruits et légumes comme les pommes, les oranges, le brocoli et les légumes-feuilles, les légumineuses comme les pois chiches, les lentilles et les haricots rouges, et les grains entiers comme le riz brun et l'avoine. La viande, la volaille et le poisson n'ont pas d'indice IG car ils ne contiennent pas de glucides.

Les régimes à IG élevé sont associés à un risque cardiovasculaire

De précédentes études observationnelles ont indiqué que les régimes à IG élevé sont associés à un risque accru de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2. Cette étude contrôlée randomisée a évalué le bénéfice potentiel d'un régime à IG bas sur l'indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille, le tour de hanches et rapport taille/hanches chez des patients atteints de maladie coronarienne. L'étude menée sur la période 2016-2019 a suivi 160 patients âgés de 38 à 76 ans suivant un régime à faible IG ou leur régime de routine. Les participants ont poursuivi leur traitement pour la maladie coronarienne. Les participants du groupe d’intervention étaient invités à consommer des aliments à faible IG mais aussi à exclure les aliments à IG élevé tout en poursuivant leur consommation habituelle de protéines et de graisses.

 

Les participants du groupe « régime de routine » ont été invités, de manière à réduire le risque d’aggravation de leur maladie coronarienne, à limiter les graisses et certaines protéines telles que le lait entier, le fromage, la viande, les jaunes d'œufs et les aliments frits. L'observance alimentaire de tous les participants a été évaluée à l'aide d'un questionnaire de fréquence alimentaire.

 

  • à 3 mois, toutes les mesures corporelles avaient diminué dans les deux groupes par rapport au départ, mais ces changements n'étaient significatifs que dans le groupe à faible IG ;
  • ainsi, le régime à faible IG a entraîné des réductions significatives de l'IMC et du tour de taille : l’IMC a diminué de 4,2 kg/m2 dans le groupe à faible IG, vs 1,4 kg/m2 dans le groupe du régime alimentaire habituel ;
  • le tour de taille a diminué de 9 cm dans le groupe à faible IG, contre 3,3 cm dans le groupe « régime de routine » ;
  • aucune différence significative n’est observée entre les groupes pour la circonférence des hanches et le rapport taille/hanches.
  • le régime alimentaire à faible IG s’avère plus susceptible d'influencer le tour de taille, le tour de hanches et le rapport taille-hanches chez les hommes que chez les femmes ;
  • cependant, l’effet bénéfique d'un régime à faible IG sur l'IMC était le même pour les hommes et les femmes.

 

L'auteur principal, le Dr Jamol Uzokov, du Centre médical de thérapie et de réadaptation médicale de Tachkent recommande donc aux patients cardiaques et à leurs médecins, de mettre l'accent sur les aliments à faible IG dans le cadre d'une alimentation équilibrée pour un meilleur contrôle du poids corporel et du tour de taille. Et donc du risque cardiaque.

Autres actualités sur le même thème