Vous recherchez une actualité
Actualités

PLAIES et ASTICOTHÉRAPIE: Des larves génétiquement modifiées pour mieux cicatriser

Actualité publiée il y a 4 années 7 mois 3 jours
BMC Biotechnology

Il y a peu d’études sur cette technique « naturelle » de détersion ou de débridement, appelée asticothérapie ou encore larvothérapie ou « maggot therapy », et pourtant le recours à des larves spécifiques pour nettoyer la plaie, enlever les tissus morts peut être efficace, en particulier pour les plaies nécrosées ou fibrineuses. Et encore plus efficace si les larves en question sécrètent des facteurs anti-microbiens. C’est la preuve de concept apportée dans la revue BMC Biotechnology, par cette étude de l’Université de Caroline du Nord, qui teste des larves génétiquement modifiées pour produire un facteur de croissance humain qui accélère la cicatrisation.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

L'application « d'asticots » sur les plaies qui ne cicatrisent pas, comme les ulcères du pied diabétique, en particulier est une pratique qui date de millénaires. Ce traitement, modernisé et aseptisé est également aujourd'hui totalement approuvé. Cependant, s'il est reconnu que le recours à l'asticothérapie favorise le débridement des plaies nécrosées ou fibrineuses, aucune étude n'a encore démontré un effet sur la durée de cicatrisation.


Cette équipe s'est donc donné pour objectif de développer une souche de larve de mouche (Lucilia sericata) modifiée pour sécréter un facteur de croissance humaine qui va promouvoir la croissance cellulaire et la cicatrisation des plaies. pouvant également apporter cet effet de cicatrisation améliorée. Ils ont donc génétiquement modifié ces larves de manière à ce qu'elles produisent « PDGF-BB », un facteur de croissance plaquettaire humain, déjà documenté comme stimulant la croissance et la survie cellulaires : PDGF-BB stimule la prolifération et la survie cellulaires, favorise la cicatrisation des plaies, et a déjà été étudié en tant que traitement topique possible pour les plaies chroniques, qui ne cicatrisent pas. Ici, la modification génétique s'avère un succès : le facteur de croissance humain est bien détecté dans les larves modifiées.

Pourquoi recourir à l'asticothérapie : il est vrai que la méthode est l'objet de préjugés négatifs, autant de la part des patients que des professionnels de santé. Cependant, au sein d'autres cultures et dans les pays en développement -où le diabète sévit tout autant- l'accès aux dispositifs plus modernes et aux options de traitement plus coûteuses est limité. Dans ce cadre, une asticothérapie exprimant à la fois des facteurs de croissance cellulaires et des peptides antimicrobiens peut répondre à un besoin considérable.

Donc, un fort potentiel clinique de cette nouvelle génération d'asticots, dans le traitement des plaies difficiles.

Towards next generation maggot debridement therapy: transgenic Lucilia sericata larvae that produce and secrete a human growth factor (Visuel@Max Scott)

Plus d'études sur les Plaies infectées

Accéder aux 66 Dossiers sur les Plaies de Santé log Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

est partenaire de cet article

Autres actualités sur le même thème