Vous recherchez une actualité
Actualités

Plus d’EXERCICE c’est moins de SAOS !

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 3 jours
Journal of Clinical Sleep Medicine
La pratique régulière de la marche suffit à apporter une meilleure qualité de sommeil (Visuel Fotolia)

On sait que le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) est associé à de nombreux maux (maladie cardiaque, AVC, HTA …), et l’exercice à de nombreux bénéfices. Cette étude d’une équipe de l'Université d'Adélaïde suggère aujourd’hui un lien entre une augmentation de la pratique de l'exercice et la réduction du d'apnée obstructive du sommeil. Cette étude, présentée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, est la plus importante à ce jour axée sur la relation entre l'apnée du sommeil et les niveaux d'activité physique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les chercheurs australiens ont examiné le mode de vie, les résultats de santé, les données sociodémographiques et les caractéristiques du sommeil chez 155 448 adultes participant à l'Étude sur la santé Ontario. Leur large analyse conclut qu'une augmentation modeste de l'activité physique, y compris par la pratique de la marche, est associée à une réduction de 10% du risque de développer une apnée du sommeil. « Des résultats qui soulignent l'importance de l'activité physique comme mesure préventive contre le développement de l'apnée du sommeil », résume l’auteur principal, Lyle Palmer, professeur d'épidémiologie génétique à l'Université d'Adélaïde.

La pratique régulière de la marche suffit à apporter une meilleure qualité de sommeil

Ainsi, 20 minutes de marche quotidienne ou une augmentation de 8 mn d’un exercice d’intensité élevée sont suffisantes pour réduire de manière significative le risque d'apnée du sommeil. Et cet effet apparaît indépendant des autres facteurs de confusion possibles tels que le sexe, l'âge, l'origine ethnique et l'obésité.

Précisément, l'étude, transversale, basée sur la population montre chez ces 150.000 participants :

  • un âge moyen était de 46 ans,
  • 6,9% souffraient d'apnée du sommeil,
  • l’apnée du sommeil est associée à une sédentarité plus élevée, notamment à la position assise prolongée (>4,4 heures de plus par semaine vs les participants exempts d’apnée) et à une pratique très réduite de l'activité physique.

 

Ces données viennent confirmer les résultats de précédentes études ayant déjà suggéré que l'activité physique pouvait réduire la sévérité de l'apnée. Les auteurs appellent leurs confrères à recommander à leurs patients souffrant d’apnée tout simplement d'augmenter leur activité physique.

Autres actualités sur le même thème