Vous recherchez une actualité
Actualités

POLLUTION : Elle rabote les télomères des bébés

Actualité publiée il y a 1 année 10 mois 4 jours
Environment International
Chez les bébés exposés in utero, les chercheurs trouvent des niveaux plus élevés d'un biomarqueur, lui-même associé à des télomères plus courts

La longueur des télomères à la naissance influence le risque de maladie plus tard dans la vie. Or la pollution de l'air peut raccourcir les télomères chez les nouveau-nés, ce qui constitue un signe d'augmentation des risques pour la santé, commentent ces chercheurs de la Mailman School of Public Health de l'Université Columbia. Alors que de multiples effets associés à l’exposition in utero à la pollution sont déjà bien documentés, ces nouvelles données, présentées dans la revue Environment International, ajoutent le risque d’effets déjà associés aux télomères réduits, soit de cancer, de maladies cardiaques, de troubles cognitifs et de vieillissement prématuré.

 

L’étude a été menée avant et après la fermeture en 2004 d'une centrale à charbon à Tongliang, en Chine. Elle montre que les enfants nés avant la fermeture de l’usine présentaient des télomères plus courts que ceux conçus et nés après la fermeture de l'usine et donc dans un environnement moins pollué.

 

Les auteurs rappellent que télomères sont des sections spécialisées de l'ADN, des « capuchons des protection » qui permettent la copie fidèle des chromosomes pendant la division cellulaire. Cependant, à chaque cycle de division cellulaire, les télomères raccourcissent, entraînant une perte progressive de la stabilité génomique. La longueur raccourcie des télomères a été associée au cancer et aux maladies cardiaques, au déclin cognitif, au vieillissement et au décès prématuré.

 

Des télomères plus courts en cas d’exposition in utero à la pollution : l'équipe de recherche a analysé la longueur des télomères dans le sang du cordon ombilical de 255 nouveau-nés, dont la moitié étaient nés avant la fermeture de l'usine. Chez les bébés nés avant la fermeture, les chercheurs ont trouvé des niveaux plus élevés d'un biomarqueur de l'exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, une composante toxique de la pollution de l'air par les centrales au charbon. Ces niveaux élevés dans le sang de cordon ont été associés à des télomères plus courts ainsi qu'à des niveaux plus faibles de facteur neurotrophique issu du cerveau (BDNF), une protéine impliquée dans la croissance neuronale.

Cependant, les chercheurs précisent que la longueur des télomères n'était pas associée au score de développement dans le sous-groupe des 210 enfants testés à nouveau à l'âge de 2 ans, si bien que si l’étude ne démontre pas des effets néfastes sur le développement neurologique des enfants, elle n’exclut pas ce risque de problèmes neurodéveloppementaux liés à la longueur des télomères, plus tard dans la vie.

 

Un suivi supplémentaire sera donc nécessaire pour évaluer les effets de télomères raccourcis dans les résultats de santé, en particulier dans ce contexte d’exposition précoce à la pollution de l'air. Quoiqu’il en soit, concluent les auteurs dans leur communiqué,

« on sait bien que réduire l'exposition à la pollution de l'air est bénéfique pour la santé des enfants et leur développement à long terme ».

Autres actualités sur le même thème