Vous recherchez une actualité
Actualités

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : Des micromoteurs pour lubrifier l’articulation

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 2 jours
Nano Letters
Des micromoteurs à base de magnésium propulsés par des bulles d'hydrogène au sein des articulations permettent de réduire les symptômes handicapants de la polyarthrite rhumatoïde (Visuel Nano Letters 2021).

Des micromoteurs à base de magnésium propulsés par des bulles d'hydrogène au sein des articulations permettent de réduire les symptômes handicapants de la polyarthrite rhumatoïde. Le secret de leur efficacité ? Ils sont enduits d'acide hyaluronique et lubrifient les articulations. Documentés dans les Nano Letters, ces micro-dispositifs font leur preuve de concept, ici chez la souris.

 

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire chronique caractérisée par des douleurs articulaires, un gonflement et des lésions. Si les médicaments, tels que les stéroïdes, les anti-inflammatoires et les immunosuppresseurs permettent de ralentir la destruction des articulations et de soulager la douleur, ils ne sont pas efficaces chez tous les patients et ils entraînent des effets secondaires. Ces chercheurs de la Southern Medical University (Guangzhou, Chine) ont développé des micromoteurs à base de magnésium qui « travaillent » tous seuls une fois injectés dans les articulations.

Un traitement mécanique curatif !

La grande valeur ajoutée de ces micromoteurs, traiter la polyarthrite rhumatoïde et les articulations de manière pratiquement mécanique et non seulement les symptômes de la maladie de manière pharmacologique : ces micromoteurs, une fois injectés dans les articulations induisent une libération prolongée d’acide hyaluronique et se déplacer d'eux-mêmes propulsés par l’hydrogène.

 

De l’hydrogène : on sait que le développement de la polyarthrite rhumatoïde est lié à la production excessive d'espèces réactives de l'oxygène (ROS). Les ROS peuvent oxyder et dégrader le cartilage et les os, et activer la production de cytokines inflammatoires. Un nouveau type de thérapie, l'hydrogène gazeux, peut neutraliser les ROS et réduire les niveaux de cytokines inflammatoires. Cependant, le gaz est peu soluble dans les fluides corporels et rapidement éliminé lorsqu'il est administré par voie orale, ce qui limite ses effets thérapeutiques. Les chercheurs ont donc trouvé le moyen de produire et de fournir de l'hydrogène gazeux directement à l'intérieur de l’articulation enflammée.

 

Du magnésium : de minuscules sphères cde magnésium réagissent avec l'eau pour produire des bulles d'hydrogène, qui propulsent les moteurs.

 

De l’acide hyaluronique : les micromoteurs sont enduits d'acide hyaluronique, un lubrifiant pour articulations. La libération progressive des bulles d'hydrogène les propulse à l’intérieur de l’articulation.

 

Et la preuve in vivo : testés chez le rat modèle de polyarthrite, les micromoteurs visualisés à l’aide d’ultrasons ont permis la réduction du gonflement, de l’érosion osseuse réduite et des niveaux de cytokines inflammatoires.

 

Bien que les micromoteurs doivent encore être testés chez l'Homme, ils présentent d’ores et déjà un grand potentiel pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et d'autres maladies inflammatoires.

Autres actualités sur le même thème