Actualités

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : Le microbiote prédit son pronostic

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
Genome Medicine
Quel lien possible entre la polyarthrite rhumatoïde et le microbiote intestinal ? Eh bien, il serait possible de prédire le pronostic d'un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde en se concentrant sur les milliers de milliards de bactéries qui habitent son tractus ou microbiome intestinal (Visuel Mayo Clinic)

Quel lien possible entre la polyarthrite rhumatoïde et le microbiote intestinal ? Eh bien, il serait possible de prédire le pronostic d'un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde en se concentrant sur les milliers de milliards de bactéries, virus et champignons qui habitent son tractus gastro-intestinal ou microbiome intestinal. Cette équipe de la Mayo Clinic, révèle ainsi, dans la revue Genome Medicine, un lien inattendu entre les microbes intestinaux et l'évolution de la polyarthrite.

 

Le microbiote recèle de données qui augurent de l'évolution de l'état de santé d'une personne, et, ici d'un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde. C’est la toute première étude à démontrer que les données du microbiome intestinal contribuent à prédire l’évolution clinique de la polyarthrite rhumatoïde, chez un patient, indépendamment de son état de santé initial ou de ses traitements, commente le Dr Jaeyun Sung, biologiste informatique au sein de la Mayo Clinic et co-auteur principal de l'étude.

 

Les auteurs rappellent que la polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique caractérisée par une inflammation et une douleur articulaires qui peuvent éventuellement entraîner une érosion des os et du cartilage, une déformation des articulations et une perte de mobilité. Cette maladie auto-immune mais complexe et multifactorielle, touche 1% de la population mondiale.

Des caractéristiques microbiotiques liées au pronostic de la maladie

Ici, l’équipe de la Mayo Clinic mène une analyse génomique de dernière génération ou « séquençage « shotgun »- qui séquence des brins d'ADN aléatoires-, à partir des échantillons de selles de 32 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, recueillis lors de 2 consultations. L'équipe a pu ainsi faire le lien entre le microbiome intestinal et les changements les plus modestes dans l'activité et l’évolution clinique de la maladie.

 

Un profil du microbiome révélateur d’amélioration ou de dégradation : ainsi, le profil du microbiote est différent chez les participants qui ont finalement éprouvé une amélioration et ceux dont l’état s’est dégradé, explique le Dr John M. Davis III, rhumatologue clinique à la Mayo Clinic, également co-auteur principal de l'étude. Il ajoute : « en fonction du résultat clinique, les microbiomes intestinaux non seulement « commencent » à évoluer à partir d'un état spécifique et se développent ensuite également différemment ».

 

L'intelligence artificielle (IA) à l’aide du diagnostic : en utilisant une technique d’IA, les chercheurs parviennent, à partir des données du microbiote à des prédictions précises à 90 %. C’est la démonstration que l’analyse du microbiome intestinal peut permettre de prédire l'évolution de la polyarthrite rhumatoïde. Au-delà, le microbiote pourra fournir des biomarqueurs pronostiques permettant d’identifier les patients qui peuvent bénéficier d'une thérapie donnée, ou, a contrario, les patients dont les symptômes sont peu susceptibles de s'améliorer.

 

Il reste beaucoup à faire, mais ces travaux ouvrent une toute nouvelle voie vers une  médecine de précision pour ces patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, mais probablement aussi de nombreuses autres maladies inflammatoires et auto-immunes.

Les bactéries jouent un rôle clé dans la régulation du système et de la réponse immunitaires et peuvent donc constituer une signature pronostique de la maladie.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités