Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

POLYMÉDICATION : 1 seule injection pour plusieurs médicaments et plusieurs mois ?

Actualité publiée il y a 11 mois 6 jours 8 heures
Advanced Materials
Délivrer, en une seule injection, des médicaments à libération prolongée et des vaccins pendant des mois (Adobe Stock 246602701)

La pénurie de médicaments et de vaccins et la non-observance pourraient appartenir au passé grâce à cette nouvelle technologie. La méthode en question, développée à la Rice University (Houston), propose de délivrer, en une seule injection, des médicaments à libération prolongée et des vaccins pendant des mois, relevant ainsi et aussi les défis de l’observance des traitements -notamment en cas de maladies chroniques et de polymédication- mais aussi des schémas vaccinaux à plusieurs doses.  

 

L’auteur correspondant, Kevin McHugh rappelle la prévalence très élevée de la non-observance, soit le taux de 50 % des patients qui prennent pas correctement leurs médicaments. Les conséquences de cette non-observance sont massives : aux seuls États-Unis, on estime qu’elle est responsable de plus de 100.000 décès, de jusqu'à 25 % des hospitalisations et de plus de 100 milliards de dollars en coûts de santé.  

La nouvelle technologie garantirait un minimum de 2 mois d’observance…

De quoi s’agit-il ? L'encapsulation de médicaments dans des microparticules qui se dissolvent et libèrent des médicaments au fil du temps est la base de cette nouvelle technologie, d'encapsulation également, mais plus sophistiquée et plus polyvalente que les précédentes. Baptisée PULSED (pour Particles Uniformly Liquified and Sealed to Encapsulate Drugs), la technologie utilise l'impression 3D haute résolution et la lithographie pour produire des ensembles de plus de 300 cylindres non toxiques et biodégradables suffisamment petits pour être injectés avec des aiguilles hypodermiques standard.

 

  • Les cylindres constitués d'un polymère largement utilisé dans les traitements cliniques. 4 méthodes de chargement de ces microcylindres avec des apparaissent fonctionnelles et la consistance du polymère permet de faire varier la vitesse à laquelle les particules se dissolvent et libèrent les médicaments.
  • La libération prolongée serait réglable, de 10 jours à 5 semaines 

En synthèse, la nouvelle technologie surpasse les méthodes actuelles d'encapsulation de médicaments, dont le résultat est qu'une grande partie du médicament est libérée tôt, le premier jour alors qu’au jour 10, le patient reçoit 10 fois moins de principe actif que le premier jour. « La plupart du temps, c'est vraiment problématique, soit parce que la dose du premier jour vous rapproche de la toxicité, soit parce qu'en obtenir 10 fois moins ultérieurement n’est plus suffisamment efficace ». Dans de nombreux cas, il serait idéal que les patients reçoivent en effet la même dose, régulièrement et tout au long du traitement. C’est bien la promesse de PULSED.

 

Une motivation venue du champ vaccinal : dans le cas de la vaccination, le schéma repose souvent sur plusieurs doses réparties sur plusieurs mois. Cette observance du schéma vaccinal pose tout particulièrement problème dans les pays à revenu faible ou intermédiaire en raison des problèmes d’accès aux soins de santé. Des particules à libération pulsatile peuvent constituer un moyen fiable de définir et de différer la libération.

 

Une première preuve de concept : l’équipe montre qu’il est possible de fabriquer et de charger des particules d'un diamètre allant de 400 microns à 100 microns, injectables et à libération retardée. Qu’il est possible de sceller ces microparticules. Qu’il est ensuite possible de les délivrer en une seule injection.

Autres actualités sur le même thème