Actualités

PRÉÉCLAMPSIE : Liée à des marqueurs accrus de lésions cérébrales

Actualité publiée il y a 2 semaines 1 jour 4 heures
Mayo Clinic
Les femmes ayant des antécédents de prééclampsie sévère présentent plus de marqueurs de lésions des cellules cérébrales, avec une implication possible, un risque accru de maladie d'Alzheimer plus tard dabns la vie (Visuel Adobe Stock 493556518).

Ces nouvelles données de la Mayo Clinic (Rochester) présentées lors de la Conférence 2022 de San Diego de l’Alzheimer's Association, rappellent la gravité de cette complication qui intervient durant la grossesse et dont les conséquences sont souvent dramatiques pour la mère comme pour l'enfant. L’étude révèle que les femmes ayant des antécédents de prééclampsie sévère présentent plus de marqueurs de lésions des cellules cérébrales par rapport aux femmes qui ont eu des grossesses sans complications. Avec une implication possible, un risque accru de maladie d'Alzheimer plus tard dans la vie.

 

La prééclampsie touche jusqu'à 15 % des femmes. Non traitée, la condition peut entraîner des complications graves, voire mortelles, pour la mère et le bébé. La prééclampsie a déjà été associée à des risques élevés de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de déclin cognitif, ainsi qu'à des volumes cérébraux plus petits, toujours chez les mères et plus tard dans la vie. Ces nouveaux facteurs de risque viennent compléter le tableau clinique de cette condition grave de la grossesse caractérisée par une pression artérielle élevée mais aussi des lésions rénales sévères.  

Une concentrationplus élevée de vésicules extracellulaires « bêta-amyloïde positives »

L’étude s'est intéressée aux  vésicules extracellulaires ou membranes des cellules cérébrales circulant dans le sang. L'équipe a regardé si ces vésicules extracellulaire pouvaient être trouvées à des niveaux plus élevés chez les femmes, des années après une grossesse avec prééclampsie. L’analyse des données des dossiers de santé du Rochester Epidemiology Project, une cohorte de 40 femmes, dont 33 avec antécédents de prééclampsie légère et 7 avec antécédents de prééclampsie sévère, appariées à 40 femmes ayant eu des grossesses sans complications, révèle :

 

  • chez les femmes avec antécédents de grossesses avec prééclampsie, une concentration significativement plus élevée de vésicules extracellulaires « bêta-amyloïde positives », ce qui suggère plus de cellules cérébrales touchées par la protéine toxique caractéristique de la maladie d'Alzheimer ;
  • toujours chez ces participantes avec antécédents de grossesses avec prééclampsie, des niveaux d'amyloïde circulant dans le sang également augmentés ;
  • une association entre les niveaux accrus de ces marqueurs et des volumes plus faibles de matière grise totale du cerveau, ce qui a des implications pour les fonctions cognitives et intellectuelles.

 

« Ces marqueurs de lésions des cellules cérébrales et d'inflammation dans le sang des femmes ayant des antécédents de prééclampsie inspirent de nouvelles stratégies diagnostiques et thérapeutiques pour améliorer la santé cognitive des femmes tout au long de leur vie », relève l’auteur principal, le Dr Vesna Garovic, néphrologue à la Mayo Clinic. « Une validation supplémentaire sera néanmoins nécessaire pour déterminer le rôle de ces marqueurs dans le déclin cognitif ».

 

La science de l'identification et de l’analyse des vésicules extracellulaires circulantes dans le sang évolue rapidement et s’avère prometteuse pour de nombreuses maladies : en effet, ces vésicules facilitent le transport et la communication intercellulaires. Dans certaines maladies, la production de vésicules extracellulaires augmente, leur contenu change, c'est pourquoi elles peuvent constituer d’excellents marqueurs de dommages cellulaires. Cependant, des recherches restent nécessaires pour déterminer leur importance dans l’annonce du déclin cognitif associé aux antécédents de prééclampsie et cela, tout au long de la vie d'une femme.

 

Un bref rappel des signes, symptômes, et modes de détection de la prééclampsie : les auteurs recommandent ainsi aux femmes enceintes de :

 

  • respecter les visites prénatales afin de faire surveiller leur tension artérielle ;
  • surveiller leur prise de poids : une prise de poids excessive et un gonflement anormal, en particulier au niveau du visage et des mains, doivent inciter à consulter ;
  • des maux de tête, des troubles visuels, des douleurs abdominales ou un essoufflement sévères doivent inciter à se rendre aux urgences ;
  • les antécédents de prééclampsie, lors de précédentes grossesses, doivent être signalés au médecin.

Autres actualités sur le même thème