Vous recherchez une actualité
Actualités

PRIVATION de SOMMEIL: On ne reconnaît plus rien!

Actualité publiée il y a 3 années 4 jours 19 heures
Royal Society Open Science

En grand manque de sommeil, on ne reconnait plus rien, même pas deux visages qui se ressemblent, conclut cette étude de la Royal Society Open Science. Et cette altération a toute son importance lorsqu’il s’agit d’identifier l’auteur d’un méfait ou la photographie d’un passeport. Et si la précision de l’identification est compromise par un mauvais sommeil, le sujet reste pour autant tout aussi confiant dans son « diagnostic ». Avec toutes les implications possibles pour la sécurité.

De précédentes études ont montré que la privation de sommeil nuit à la reconnaissance visuelle et à la mémoire. Le manque de sommeil peut également conduire à créer des souvenirs erronés dans la mémoire, a suggéré une récente étude publiée dans la revue Psychological Science. Une autre étude publiée dans Science a contribué à expliquer comment la privation de sommeil freine la formation de nouvelles dendrites, associée à l'apprentissage et à la plasticité du cerveau. Une autre étude a associé le manque de sommeil à une perte irréversible de neurones. Cependant cette nouvelle étude qui ne repose ni sur la « mémoire » ni sur la « reconnaissance » apporte de nouvelles données.


Les chercheurs de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud et de l'Université de Glasgow ont examiné les effets du sommeil sur la précision de l'identification faciale en invitant des participants à reconnaître, à partir de 2 photos juxtaposées sur un écran d'ordinateur, une même personne ou deux personnes différentes. L'expérience était donc organisée de manière à reproduire une situation spécifique, de reconnaissance de visages non familiers et sans effort de mémoire, parce que devant être comparés en temps réel. Si la plupart des participants pensent passer ce test avec succès, l'expérience montre un taux d'erreurs qui surprend.

· Un sommeil insuffisant dans les 3 jours qui précèdent le test est associé à une moins bonne performance.

· Plus généralement les participants diagnostiqués avec insomnie réussissent moins bien le test.

· Enfin, le manque de sommeil est également associé à des niveaux plus élevés de confiance, en dpit des erreurs.

Vigilance et sécurité : Alors que le manque de sommeil est fréquent en population générale, et en particulier parmi les travailleurs de nuit, ces résultats ont des implications importantes pour ceux qui travaillent dans la sécurité ou la police scientifique. Plus largement, un mauvais sommeil et le travail posté peuvent être associés à tout un spectre d'effets sur la santé, physique et psychique, mais aussi cognitive.

Autres actualités sur le même thème