Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PSORIASIS PUSTULEUX et PUSTULOSE EXANTHÉMATIQUE : Comment les différencier ?

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 2 jours
Journal of the American Academy of Dermatology
En pratique clinique, ces 2 affections cutanées rares sont difficiles à différencier, elles présentent des symptômes similaires et sont donc fréquemment confondues (Visuel Adobe Stock 321863066)

En pratique clinique, ces 2 affections cutanées rares sont difficiles à différencier, elles présentent des symptômes similaires et sont donc fréquemment confondues. Cette équipe de dermatologues de l’Université d'Osaka a donc mis au point un score qui va aider leurs confrères à poser le bon diagnostic et à prescrire le bon traitement.

 

Le psoriasis pustuleux généralisé (PPG) est caractérisé par une inflammation cutanée et la formation de pustules non infectieuses diffuses sur la peau.

 

La pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG) est une réaction grave, mais rare, à certains médicaments, dont certains antibiotiques, inhibiteurs des canaux calciques, antipaludiques, l'acétaminophène (paracétamol), anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et la terbinafine (antifongique).

 

Dans les deux cas, la peau devient rouge et se recouvre de pustules remplies de pus parfois sur l’ensemble du corps. Ces symptômes étant similaires, il est difficile pour le dermatologue de poser un diagnostic. Pourtant, les 2 maladies évoluent différemment et nécessitent des traitements différents. Toutes 2, sans traitement approprié, peuvent également s’aggraver et entraîner des complications, il est donc essentiel de pouvoir prescrire le bon traitement.

 

Ces dermatologues et pharmacologues d’Osaka avec des collègues de la Mayo Clinic ont donc développé un outil diagnostique basé sur un système de notation, qui permet de distinguer les 2 maladies.

 

L'étude est menée auprès de 54 patients atteints de GPP et 63 patients atteints de PEAG, qui, sur une période de 20 années avaient cherché un traitement pour leur condition. Les chercheurs ont recensé l’ensemble des signes cliniques, ainsi que leur niveau dans chaque condition, et construit un système de notation permettant de faire la distinction.

« L’outil permet un diagnostic plus rapide et le choix du traitement approprié »,

conclut l’auteur principal, le Dr Yamanaka-Takaichi, dermatologue à l’Université d’Osaka.

 

Ce système va donner lieu à un index ou échelle diagnostique que les cliniciens pourront utiliser de manière pratique pour différencier les deux maladies.

Plus sur le Blog Dermato

Autres actualités sur le même thème