Actualités

Qu'est-ce qu'une GREFFE de CHEVEUX ?

Actualité publiée il y a 4 mois 5 jours 12 heures
Esthétique
La perte de cheveux est souvent difficile à vivre (Visuel Pixabay)

 

La perte de cheveux est souvent difficile à vivre. Lorsque celle-ci devient pathologique, la greffe de cheveux peut être envisagée.

Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette opération !

Greffe de cheveux : tout ce qu'il faut savoir

La transplantation capillaire, aussi appelée greffe de cheveux, consiste à extraire les poils de certaines zones d'où les cheveux ne tombent jamais, comme les zones latérales de la tête et de la nuque (zones donneuses), pour les transférer vers les zones chauves du cuir chevelu (zones réceptrices). Après une chute initiale à 2 ou 3 semaines, le cheveu transplanté repousse au bout de 2 ou 3 mois (période d’adaptation) et y reste aussi longtemps qu’il aurait dû y rester à l’origine, tout en conservant la même couleur et les mêmes caractéristiques que celles de sa zone d’origine. Les résultats sont définitifs et "pour toute la vie".

Qui peut bénéficier de cette opération ?

Les personnes pouvant bénéficier de la transplantation capillaire sont :

 

  • les personnes qui connaissent une perte continue des cheveux, en particulier les hommes avec un degré avancé ou moyen de calvitie ;
  • les femmes avec une perte de cheveux de cause hormonale ;
  • les personnes atteintes de calvitie due à des cicatrices (brûlures) ou à des maladies capillaires ;
  • les patients souhaitant repeupler les sourcils, la barbe ou le pubis.

 

La greffe de cheveux n’est pas conseillée chez les patients atteints de calvitie naissante ou chez les patients ayant des zones donneuses pauvres ou rares par rapport à la zone à couvrir. Il faut savoir que la greffe de cheveux est un acte de chirurgie esthétique. Elle n’est donc pas remboursée par la Sécurité Sociale.

Son tarif, en France peut grimper jusqu’à 7.000 euros en fonction du nombre de greffons souhaités par le patient. C’est pour cela que beaucoup de personnes se tournent plutôt

vers la greffe de cheveux en Turquie qui permet de profiter de tarifs moins élevés avec des résultats de qualité équivalente.

Comment faut-il se préparer à l’intervention ?

Lors de la première consultation pour une transplantation capillaire, le chirurgien réalisera un bilan médical ainsi qu’une évaluation du degré et de l’évolution de la calvitie, et de la qualité et de la quantité de la zone donneuse. Il étudiera également les lignes d’implantation du cheveu, il est donc conseillé de prendre

des photos montrant la ligne d’implantation originale. Sur cette base, il déterminera le moment idéal pour l’intervention.

 

Il est conseillé d’arrêter de fumer longtemps à l’avance pour favoriser l’oxygénation de la peau et sa cicatrisation correcte. Tout traitement affectant le saignement ou la coagulation du sang doit être arrêté.

Comment l’opération se déroule-t-elle ? 

La plupart des poils sortent du cuir chevelu par groupes de 2 ou 3 cheveux. Environ 15 pour cent des cheveux sortent comme des cheveux uniques et 15 % sortent par groupes de 4 ou 5 poils. Ces petits groupes de poils sont appelés unités ou groupes folliculaires, qui sont la base de la transplantation. Ils sont obtenus à l’aide d’un microscope, en sectionnant des bandes de peau de 8 à 10 mm de large de la zone donneuse préalablement rasée.

 

L’endroit où la peau est sectionnée est ensuite suturé, laissant une petite cicatrice qui sera couverte par les cheveux. Une fois la bande de peau obtenue, elle est divisée en petites feuilles de tissu à partir desquelles les unités folliculaires sont classées selon le nombre de cheveux qui les forment, tels qu’ils étaient à leur place d’origine.

 

C’est une procédure méticuleuse dont dépend le résultat final. Dans les zones réceptrices, de petites incisions sont réalisées où les unités folliculaires sont transplantées individuellement. La distribution, préalablement convenue avec le patient, suivra des modèles selon l’âge et l’évolution de la calvitie. La durée approximative de l’ensemble du processus est de 2 à 4 heures. Mais cela peut parfois être plus long.

 

Si une deuxième ou une troisième session est nécessaire, la première cicatrice laissée par le donneur est retirée et remplacée par la dernière, de sorte qu’il ne reste plus qu’une cicatrice. Le nombre de séances dépend du type et du degré de calvitie. Pour les petites calvities une seule session est suffisante, et pour les grandes calvities cela peut aller de deux à trois sessions. Il est conseillé d’espacer les séances entre quatre et six mois.

Que se passe-t-il après l’intervention ?

Au début, de petites croûtes se forment dans les zones réceptrices, qui disparaissent en quelques jours. Tant que les croûtes restent, aucun sport ne doit être pratiqué et le lavage des cheveux doit être quotidien avec un savon antiseptique. Après ce temps, le patient reprend ses habitudes, et peut utiliser son shampooing, se teindre et couper ses cheveux, etc.

 

La douleur est contrôlable avec les analgésiques habituels les 2 ou 3 premiers jours. La récupération est immédiate et aucun bandage n’est nécessaire. Le résultat final n’est observé qu’après 10 ou 12 mois d'intervention.

 

Autres actualités sur le même thème