Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : Il réduit de plusieurs mois l’espérance de vie

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 3 jours
PLoS Climate
Le changement climatique pourrait réduire l'espérance de vie précisément de 6 mois (Visuel Adobe Stock 162762393)

Le changement climatique pourrait réduire l'espérance de vie précisément de 6 mois, ces 20 prochaines années, estime cette équipe de la Shahjalal University (Bangladesh) et de la New School for Social Research (New York). L’analyse, publiée dans la revue PLoS Climate suggère ainsi qu’une augmentation de 1°C de la température pourrait faire perdre environ 5 mois de vie, et les femmes et les habitants des pays en développement étant touchés de manière disproportionnée.

 

Le coût du changement climatique se chiffre aussi en mois de vie pour les humains, au-delà d’une multitude de problèmes de santé publique, de blessures liées aux catastrophes naturelles, aux infections (maladies vectorielles par exemple) ou maladies chroniques (comme les maladies respiratoires, ou mentales). Ces chercheurs soulignent ainsi le fardeau, en termes de mortalité prématurée lié à l’augmentation des températures et des précipitations. Même si de tels impacts sont observables et bien documentés, jusque-là les recherches existantes n’avaient pas établi de lien précis entre le changement climatique et l’espérance de vie.

Changement climatique, changement de durée de vie

L’étude précise la relation en rapprochant des données moyennes sur la température, les précipitations et l’espérance de vie, à l’échelle de 191 pays et sur une longue période, de 1940 à 2020, prenant également en compte le PIB par habitant afin de clarifier les différences drastiques entre les pays.

 

Un indice composite du changement climatique : en plus de mesurer les impacts isolés de la température et des précipitations, les chercheurs ont développé un indice composite du changement climatique, le premier en son genre, qui combine les 2 variables pour évaluer sa gravité globale. Au-delà de cette étude, l’équipe espère que cet indice permettra de « normaliser » le débat mondial sur le changement climatique et deviendra une mesure utilisable aussi par le grand public.  

L’analyse révèle que :

 

  • isolément, une augmentation de la température mondiale de 1°C est associée à une diminution moyenne de l'espérance de vie humaine d'environ 0,44 an, soit environ 5 mois et 1 semaine ;
  • une augmentation de 10 points de l’indice composite du changement climatique – qui prend en compte à la fois la température et les précipitations – pourrait réduire l’espérance de vie moyenne de 6 mois ;
  • les femmes et les individus des pays en développement seront touchés de manière disproportionnée.
  • l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et les mesures d’adaptation à cet environnement changeant pourraient réduire l’importance de la mortalité prématurée associée.  

 

L’équipe travaille déjà à d’autres recherches, localisées, prenant en compte des événements météorologiques extrêmes spécifiques (par exemple, des incendies de forêt, des tsunamis ou des inondations), et dont les impacts ne peuvent pas être pleinement capturés par une analyse globale des effets liés à la température et aux précipitations.

 

 « La menace mondiale que représente le changement climatique pour le bien-être de milliards de personnes souligne la nécessité urgente de l'aborder comme une crise de santé publique. Des efforts d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre et des mesures proactives sont essentielles pour préserver l'espérance de vie des populations du monde entier ».

Autres actualités sur le même thème