Actualités

RECONSTRUCTION MAMMAIRE post-mastectomie et risque très faible de lymphome

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 14 heures
JAMA Network Open
Mastectomie et reconstruction quel risque de de lymphome anaplasique à grandes cellules  (Visuel Adobe Stock 515642579)

Cette équipe de chirurgiens et d’oncologues du Centre médical Irving de l'Université Columbia propose un bilan sur le risque de lymphome anaplasique à grandes cellules (ALCL) est un cancer du sang rare mais agressif, et dont l’incidence a augmenté ces dernières années, peut-être en raison de l'utilisation croissante d'implants mammaires texturés. Prenant en compte la tendance, certaines patientes atteintes d'un cancer du sein qui subissent une mastectomie peuvent s’interroger sur le rapport bénéfice-risque d’une reconstruction mammaire ? Cette étude, publiée dans le JAMA Network Open fait le point.

 

L’objectif de ces médecins est de faciliter les décisions de nombreuses femmes. Leur étude conclut que le risque de développer un ALCL après une chirurgie reconstructive est extrêmement faible : chaque année, environ 12 cas sont recensés pour 1 million de femmes ayant subi une chirurgie reconstructive. L’auteur principal, le Dr Connor J. Kinslow, résident en radio-oncologie au Columbia University Vagelos College of Physicians and Surgeons commente ces données : « Le risque de développer un ALCL est en fait beaucoup plus faible que le risque de rechuter du cancer du sein ».

Les femmes ne devraient être dissuadées d’opter pour une reconstruction mammaire

Les auteurs concluent que le risque d'ALCL est trop faible pour décourager les femmes ayant subi une mastectomie d’opter pour une reconstruction mammaire. Leur étude est la première à examiner les taux d'ALCL chez les survivantes du cancer du sein ayant reçu des implants mammaires après une mastectomie.

 

L’étude a analysé les données de 57.000 femmes ayant subi une mastectomie avec reconstruction par implant pour un cancer du sein ou un carcinome canalaire in situ, consignées dans le registre national du cancer. Les participantes ont été suivies en moyenne sur 7 ans, 16.000 d’entre elles sur plus de 10 ans. L’analyse révèle que :

 

  • les femmes qui ont eu des implants mammaires post-mastectomie ont un risque plus élevé d'ALCL que les femmes en général (chaque année, 0,3 cas sont attendus par million dans la population générale),
  • cependant le risque d'ALCL reste extrêmement faible : parmi les 57 000 femmes de l'étude, seuls 5  cas d'ALCL ont été diagnostiqués au cours des 421.000 années de suivi.

 

L’un des auteurs principaux, le Dr David Horowitz, professeur de radio-oncologie au Columbia University Vagelos College of Physicians and Surgeons ajoute :

« Les femmes qui ont eu un cancer sont naturellement anxieuses à l'idée de pouvoir en avoir un deuxième. Mais cela ne devrait pas nécessairement les dissuader d'avoir des implants. Pour de nombreuses femmes, la reconstruction mammaire après une mastectomie est extrêmement importante pour la qualité de vie, et les femmes devraient se sentir à l'aise d'aller de l'avant avec des implants sans éprouver de trouble psychologique ».

Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème