Vous recherchez une actualité
Actualités

RÉÉDUCATION CARDIAQUE : La méditation restaure le flux sanguin

Actualité publiée il y a 3 semaines 4 jours 5 heures
Journal of Nuclear Cardiology
L’imagerie par PET scan permet même de conclure que la méditation transcendantale seule peut permettre « d’aller jusqu’à » inverser les effets de la maladie coronarienne

Cette étude révèle, à l’imagerie, les bénéfices de la méditation transcendantale dans un programme de rééducation cardiaque. Ainsi, la méditation combinée à un régime alimentaire et à la pratique d’un exercice adaptés, permet de mieux récupérer d'une crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral. Mais elle pourrait aussi contribuer à prévenir l’événement cardiaque chez les patients à risque élevé, soulignent ces chercheurs de l’Université Columbia dans le Journal of Nuclear Cardiology.  

 

L'étude rapporte que les patients atteints de maladie coronarienne qui pratiquent la méditation transcendantale dans le cadre de leur programme de réadaptation cardiaque « gagnent » « 20% » de flux sanguin vers le cœur. L’étude est menée auprès de 56 patients atteints de maladie coronarienne, qui ont récemment subi une crise cardiaque récente, un pontage coronarien ou souffert d’angine de poitrine. Le concept de l’étude est révolutionnaire car il consiste à combiner la méditation transcendantale avec d'autres modalités de traitement de mode de vie et à évaluer les effets de cette combinaison par tomographie par émission de positons (TEP ou PET scan)  sur la fonction cardiaque.

L’efficacité cardiaque d’une thérapie corps-esprit

L’étude est la première à valider les avantages cardiovasculaires de la modification du mode de vie, tels que la pratique d’un exercice adapté et le suivi de conseils diététiques,) combinée à la pratique de la méditation transcendantale. L’imagerie par PET scan (Visuel) permet même de conclure que la méditation transcendantale seule peut permettre « d’aller jusqu’à » inverser les effets de la maladie coronarienne. Les participants ont été répartis en 4 groupes : réadaptation cardiaque, méditation transcendantale, méditation transcendantale plus réadaptation cardiaque ou soins habituels. L’analyse montre que :

  • sur les 37 patients qui ont terminé l’étude, le débit sanguin myocardique a augmenté de 20,7% dans le groupe méditation transcendantale + réadaptation cardiaque ;
  • le flux sanguin dans le groupe qui pratiquait la méditation transcendantale seule a augmenté de 12,8% ;
  • la rééducation cardiaque à elle seule a entraîné une amélioration de 5,8% ;
  • les patients qui ont reçu le traitement standard accusent une diminution de -10,3% du flux sanguin.

 

 

Et pour la prévention ? Ainsi cette étude pilote suggère que la gestion de la relation corps-esprit par la méditation transcendantale peut améliorer la fonction cardiaque chez ces patients à risque élevé. Un résultat somme toute logique alors que le stress psychosocial est connu pour être un facteur de risque de maladie coronarienne, mais que les thérapies de réduction du stress sont rarement intégrées aux programmes de réadaptation cardiaque. Les chercheurs souhaitent confirmer leurs résultats dans de plus larges études, cependant ils appellent d’ores et déjà les professionnels de santé à envisager cette intervention corps-esprit, simple mais efficace, dans le cadre des programmes de prévention de la maladie cardiaque.

 

Quelle explication ? Bien que l'on ne sache pas exactement comment la méditation transcendantale augmente le flux sanguin, les chercheurs pensent que c'est le résultat d'une amélioration de la fonction vasomotrice coronaire et artériolaire à médiation endothéliale. La réduction des niveaux d'hormones de stress, induite par la méditation, pourrait entraîner une amélioration de la fonction des cellules endothéliales qui tapissent les artères coronaires.

 

 

Enfin, l’étude confirme comme de précédentes recherches que la méditation transcendantale réduit les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, tels que la pression artérielle, l'athérosclérose et la résistance à l'insuline. Une étude de 2012 avait ainsi révélé une réduction de 48% des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des décès, avec la pratique de la méditation.

Autres actualités sur le même thème