Vous recherchez une actualité
Actualités

RÉGIME MÉDITERRANÉEN: Il évite le décès à un patient cardiaque sur 3

Actualité publiée il y a 3 années 2 semaines 6 jours
ESC Cardio

Finalement le régime méditerranéen pourrait éviter à de nombreux patients cardiaques un événement sévère entraînant une mort subite, démontre cette étude menée chez des patients à antécédents de maladie cardiovasculaire, présentée au Congrès de l’European Society of Cardiology. Un élément de preuve supplémentaire en faveur d’un « mode de vie » méditerranéen traditionnel, définitivement associé à un moindre risque de maladies chroniques et, plus important encore, de décès toutes causes confondues.

Le Pr Giovanni de Gaetano, chef du Département d'épidémiologie et de prévention de l'Institut Neuromed de Pozzilli (Italie), rappelle que la plupart des études ont mis l'accent sur les bénéfices du régime méditerranéen chez des personnes au départ en bonne santé, mais que peu d'études ont évalué ses effets sur des personnes souffrant de maladies cardiovasculaires.


Chez les patients à antécédents cardiovasculaires aussi ! Le régime méditerranéen fait ses preuves aussi chez les personnes à antécédents de maladie coronarienne et d'accident vasculaire cérébral. L'étude menée ici sur les 25.000 participants à l'étude Moli-sani, dont 1.197 à antécédents de maladie cardio-vasculaire a évalué à l'aide d'un score sur 9 points, leur adhésion au régime méditerranéen et a rapproché ce score des taux de décès. L'analyse montre que,

· au cours d'une période médiane de suivi de 7,3 ans, 208 décès ont été recensés,

· une amélioration de 2 points dans le score d'adhésion au régime méditerranéen est associée à un risque réduit de 21% de décès après ajustement avec les facteurs de confusion comme l'âge, le sexe, l'apport calorique total, la consommation de certains aliments, le niveau d'éducation, la pratique de l'activité physique, le rapport taille-hanche, le tabagisme, l'hypertension, hypercholestérolémie, le diabète et les antécédents de cancer.

Ø Un score d'adhésion au régime méditerranéen dans le tiers supérieur (6 à 9) est associée à un risque réduit de 37% de décès par rapport à la catégorie inférieure (0 à 3).

Au niveau des aliments à privilégier dans le régime, les principaux agents de réduction du risque de décès sont les légumes, le poisson, les fruits, les noix et l'huile d'olive. Explication des auteurs : ces aliments contribuent à réduire l'inflammation sous-jacente à l'ensemble des maladies chroniques et donc la mortalité.

Autres actualités sur le même thème