Vous recherchez une actualité
Actualités

RÉGIME MÉDITERRANÉEN : Il ralentit le déclin cognitif avec l’âge

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 4 jours
Alzheimer's and Dementia
Il existe un lien puissant entre nutrition et cognition

Ce n’est pas la première étude à suggérer un lien puissant entre nutrition et cognition : cette analyse récente des données de 2 études importantes portant sur les maladies oculaires, montre que l'adhésion au régime méditerranéen, riche en légumes, en grains entiers, en poisson et en huile d'olive est corrélée avec une fonction cognitive plus élevée. Les facteurs alimentaires semblent également jouer un rôle dans le ralentissement du déclin cognitif. Ces chercheurs du National Eye Institute (NEI/NIH) expliquent ces résultats dans la revue Alzheimer's and Dementia.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

« Nous ne prêtons pas toujours suffisamment attention à notre alimentation. Pourtant elle affecte significativement le cerveau et les yeux », commente l’auteur principal, le Dr Emily Chew, du NEI. Son équipe a regardé les effets de 9 composantes du régime méditerranéen sur la cognition. Le régime méditerranéen qui met l'accent sur la consommation de fruits entiers, de légumes, de grains entiers, de noix, de légumineuses, de poisson et d'huile d'olive, ainsi que sur la réduction de la consommation de viande rouge et d'alcool se révèle à nouveau le plus bénéfique au maintien de la performance cognitive.

Une association claire entre la cognition et l'alimentation.

Les 2 études en question, AREDS et AREDS2 évaluent, depuis des années, l'effet des vitamines contre le risque et le développement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). AREDS porte sur environ 4.000 participants avec et sans DMLA, AREDS2 suit 4.000 participants atteints de DMLA. Les chercheurs analysent ici les données alimentaires des participants à ces 2 études, l’étude AREDS apporte des données sur la fonction cognitive (via le Mini-Mental State Examination) des participants à 5 ans, AREDS2 au départ et à 2, 4 et 10 ans plus tard. L’analyse combinée des données alimentaires et cognitives confirme que :

  • les participants adhérant au régime méditerranéen présentent le risque le plus faible de déclin cognitif ;
  • une consommation élevée de poisson et de légumes semble apporter l’effet protecteur le plus élevé sur le maintien cognitif ;
  • à 10 ans, les participants à l’étude AREDS2 déclarant la plus forte consommation de poisson présentent ainsi le taux de déclin cognitif le plus faible ;
  • si les différences de scores de fonction cognitive entre les participants ayant l'adhésion la plus élevée par rapport à la plus faible à un régime méditerranéen sont relativement modestes en valeur absolue, ces effets confirment clairement l’association entre la cognition et la santé neuronale et l'alimentation.

 

Les participants porteurs du gène ApoE, donc à risque génétique élevé de maladie d'Alzheimer, obtiennent, en moyenne, des scores de fonction cognitive plus faibles et subissent un déclin plus rapide que leurs pairs exempts de ce gène de susceptibilité ; cependant, les avantages d'une adhésion au régime méditerranéen sont similaires pour les personnes avec et sans le gène ApoE,

ce qui suggère des bénéfices du régime indépendants du risque génétique d'Alzheimer.

Autres actualités sur le même thème