Vous recherchez une actualité
Actualités

RISQUE CARDIOVASCULAIRE : Dîner « végé » c’est 10% de risque en moins

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 1 heure
Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism
Un dîner essentiellement constitué de légumes et de fruits est associé à un risque de maladie cardiaque de 10% (Adobe Stock 303102897)

Les personnes qui prennent un dîner essentiellement constitué de légumes et de fruits pourraient réduire leur risque de maladie cardiaque de 10%, conclut cette étude de cardiologues de l'Université de médecine de Harbin (Chine). Des données publiées dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism qui confirment que des apports trop élevés ou réguliers de glucides raffinés et de viande grasse au dîner sont associés à un risque cardiaque plus élevé.

 

Les maladies cardiovasculaires comme l'insuffisance cardiaque, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) constituent la première cause de mortalité prématurée dans le monde, soit près de 18 millions de décès chaque année. Consommer beaucoup de graisses saturées, de viandes transformées et de sucres ajoutés induit l’augmentation du taux de cholestérol et donc du risque de maladie cardiaque. Une alimentation saine pour le cœur avec plus de glucides entiers comme les légumes et les céréales et moins de viande permet de prévenir « considérablement » le risque de maladie cardiovasculaire.

«Le moment des repas ainsi que la qualité des aliments sont des facteurs importants

à prendre en compte pour prévenir le risque de maladie cardiaque », rappelle l’auteur principal, le Dr Ying Li de l'Université de Harbin : « une alimentation saine, en particulier pour les personnes à risque déjà élevé de maladie cardiaque est primordiale et chez ces personnes, la consommation de viande et de glucides raffinés devrait, le cas échéant, privilégier le petit-déjeuner plutôt que le dîner ».

 

Une large analyse des données de la NHANES : ce sont les conclusions de cette analyse des données de 27.911 participants à la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), dont les données alimentaires recueillies lors d'entretiens menés au cours de 2 jours non consécutifs. Les chercheurs ont regardé l'association entre la consommation de différents types de graisses, glucides et protéines au petit-déjeuner ou au dîner et les taux d’incidence de maladie cardiaque. L'analyse conclut que :

  • Un dîner « végé », à base de plantes essentiellement, permet de réduire le risque de maladie cardiaque de 10%.

 

Un dîner à base de fruits et légumes et le cas échéant des apports raisonnables de glucides entiers et de graisses insaturées permet donc, sans restriction, de réduire son risque de maladie cardiaque.

Autres actualités sur le même thème