Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SANTÉ CARDIOVASCULAIRE : Il vaut mieux dormir que rester assis

Actualité publiée il y a 7 mois 1 semaine 5 jours
European Heart Journal
Même dormir est moins pire que rester assis (Visuel Adobe Stock 605987164)

Sans encourager à rester au lit toute la journée et tout en réaffirmant que toute activité est favorable à la santé cardiovasculaire, cette étude menée à l’University College London (UCL) rappelle qu’il n’y a rien de pire, pour le cœur que de rester assis. L’étude, publiée dans l’European Heart Journal, conclut que

« même dormir est moins pire ».

 

La recherche, soutenue par la British Heart Foundation est la première à évaluer comment différents modèles d’activité au cours de la journée sont liés à la santé cardiaque. Menée par le consortium international Prospective Physical Activity, Sitting and Sleep (ProPASS), elle sensibilise à nouveau au fardeau des maladies cardiovasculaires, qui constituent la première cause de mortalité dans le monde. En 2021, ces maladies étaient responsables d’1 décès sur 3.

 

L’étude qui a analysé les données de 6 cohortes réunissant au total 15.246 participants de 5 pays a regardé comment le comportement en termes d’activité tout au long de la journée peut être associé à la santé cardiaque, telle que mesurée par six indicateurs reconnus et courants. Chaque participant a été équipé au cours de l’étude d’un tracker permettant de mesurer objectivement son activité au cours d’une journée standard. L’analyse aboutit à une photographie des différents modèles d’activité possibles, soit, en substance :

  • une activité modérée à vigoureuse – modèle le plus bénéfique pour la santé cardiaque,
  • une activité légère, avec une répartition entre la position debout et le sommeil, permettant de définit un comportement sédentaire.

 

L'équipe a modélisé ce qui se passerait si une personne modifie chaque jour pendant une semaine différents critères de son comportement afin d'estimer l'effet sur la santé cardiaque de chacun des scénarii. Cette modélisation révèle que :

seulement 5 minutes d’activité modérée à vigoureuse ont déjà un effet notable sur la santé cardiaque,

en cas de comportement majoritairement sédentaire ;

  • chez une femme de 54 ans ayant un IMC moyen de 26,5, par exemple, un changement avec une activité d’une durée de 30 minutes se traduit par une diminution de 0,64 de l'IMC, soit une différence de 2,4 % ; ainsi, remplacer 30 minutes quotidiennes de temps assis ou couché par un exercice modéré ou vigoureux pourrait se traduire par une diminution de 2,5 cm (2,7 %) du tour de taille ou une diminution de la glycémie de 1,33 mmol/mol (3,6 %de l'hémoglobine glyquée).

 

« Le grand point à retenir est que même de tout petits changements dans l’activité peuvent avoir un effet positif sur la santé cardiaque ;

cependant l’intensité de cette activité compte aussi », résume l’auteur principal, le Dr Jo Blodgett, de l'UCL Surgery & Interventional Science et de l'Institute of Sport, Exercise & Health.

 

Le changement le plus bénéfique observé est ainsi le remplacement de la position assise par une activité modérée à vigoureuse qui peut être une course, une marche rapide ou une montée d’escaliers.

  • En fait, toute activité qui augmente la fréquence cardiaque et vous fait respirer plus vite,

même pendant 1 ou 2 mn, est bonne à prendre.

  • même si le temps passé à pratiquer une activité vigoureuse constitue le moyen le plus rapide pour améliorer sa santé cardiaque, il existe des intensités et des modes d’exercice adaptés à chaque personne en particulier ;
  • mais plus l'intensité de l'activité est faible, plus il faut de temps pour en bénéficier ;
  • enfin, les participants les moins actifs tirent le plus grand bénéfice du passage d’un comportement sédentaire à un comportement plus actif.

 

Bien que l’étude ne démontre pas le lien de causalité, elle ajoute au nombre croissant de preuves liant une activité physique modérée à vigoureuse à de meilleurs indicateurs cardiovasculaires.

 

« Même s'il n'est pas surprenant que devenir plus actif soit bénéfique pour la santé cardiaque, quoi de neuf dans ce domaine ? En considérant toute une gamme de comportements tout au long de la journée de 24 heures, cette approche suggère déjà des modèles d’activité personnalisés et rappelle que même de petits ajustements dans la routine quotidienne peuvent réduire le risque cardiovasculaire ».

« Être actif n’est pas toujours facile, et il est important d’apporter des changements auxquels il est possible de se tenir à long terme et d'apprécier au quotidien ».


Autres actualités sur le même thème