Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SANTÉ de l’ADOLESCENT : Sommeil irrégulier et graisse abdominale mènent à l’hypertension

Actualité publiée il y a 1 année 2 mois 2 semaines
AHA et Hypertension
Des horaires de sommeil irréguliers contribuent à faire monter la pression chez les adolescents (Visuel Fotolia 60197491)

Des horaires de sommeil irréguliers contribuent à faire monter la pression chez les adolescents, même en cas de durée de sommeil suffisante, conclut cette étude publiée dans Hypertension, une revue de l’American Heart Association (AHA). Une association particulièrement forte en cas d’excès de poids qui fait ainsi pour la première fois, une corrélation médiée par le sommeil, chez l’adolescent, entre la graisse abdominale et l'hypertension artérielle.

 

En pratique, des habitudes de sommeil irrégulières contribuent au développement d’une hypertension artérielle (HTA) précoce chez les adolescents qui présentent plus de graisse viscérale. L’étude alerte sur la tendance naturelle des adolescents à se coucher plus tard et à dormir plus tard, ce qui peut favoriser des horaires de sommeil irréguliers et entraîner chez ces jeunes, une cascade de conséquences pour la santé cardiaque, plus tard dans la vie.

Rester éveillé tard dans la nuit et dormir le week-end,

constitue les habitudes de sommeil de nombreux adolescents, avec cependant, des conséquences sur la santé cardiaque future encore peu connues. Même chez les médecins : « les pédiatres et les médecins de soins primaires devraient porter une attention particulière aux jeunes qui prennent du poids ou qui sont déjà en surpoids et les interroger sur leurs habitudes de sommeil, car un horaire de sommeil plus régulier pourrait probablement les aider à perdre du poids et à améliorer leur santé cardiaque à long terme », commente l’auteur principal, le Dr Julio Fernandez- Mendoza, professeur et psychologue du sommeil au Sleep Research & Treatment Center de la Penn State (Pennsylvanie).

 

Un sommeil sain est un facteur clé de la santé cardiovasculaire globale, tel que défini par le Life’s Essential 8 de l’American Heart Association, au même titre que l’activité physique, l’absence de tabagisme, le poids santé, le contrôle du cholestérol, de la glycémie et de la tension artérielle.

Les adolescents âgés de 13 à 18 ans devraient dormir de 8 à 10 heures par nuit

L’étude a évalué le sommeil, la graisse viscérale et la tension artérielle de 303 adolescents.

 

  • Le sommeil a été évalué durant une nuit en laboratoire du sommeil et à la maison pendant 7 jours à l’aide d’un dispositif de surveillance du sommeil attaché au poignet. A l’aide de ce dispositif, les chercheurs ont pu suivre la durée, la variabilité, l’heure médiane du sommeil (le point médian entre l'heure de l’endormissement et l'heure du réveil) et sa régularité.

Un point médian à 2 heures du matin ou plus tard était considéré comme retardé pour un adolescent au cours de la semaine scolaire ;

une différence d'une nuit à l'autre de 45 minutes ou plus dans ce point médian indiquait des nuits très irrégulières.

 

  • La graisse abdominale viscérale ou graisse abdominale profonde qui entoure l'estomac, le foie et les intestins, a été mesurée par absorptiométrie à rayons X lors de l’évaluation en laboratoire du sommeil. La graisse viscérale est plus dangereuse pour la santé cardiaque que la graisse stockée juste sous la peau ou graisse sous-cutanée.
  • La tension artérielle en position assise a également été mesurée lors de la visite au laboratoire du sommeil 3 fois à des intervalles de 5 minutes, avec une moyenne des 2 dernières lectures.

L’analyse constate que :

 

  • dans l'ensemble, les participants suivent des habitudes de sommeil typiques de l’adolescence, c’est-à-dire se couchent souvent trop tard en semaine et rattrapent leur temps de sommeil en dormant plus tard durant les week-ends et les vacances scolaires ;
  • chez les adolescents dont le point médian du sommeil varie de 45 minutes ou plus durant la semaine, chaque augmentation unitaire de graisse abdominale viscérale s’avère liée à une hausse de 7 mm Hg de la tension artérielle systolique et à une augmentation de 3 mm Hg de la pression artérielle diastolique (chiffre du bas) ;
  • chez les adolescents dont le sommeil varie de moins de 45 minutes pendant la semaine, aucun lien n’est identifié entre la graisse abdominale viscérale et l’HTA ;
  • chez les adolescents qui se couchent plus tard en semaine, avec un point médian du sommeil à 2 heures du matin ou plus tard, chaque augmentation unitaire de la graisse abdominale viscérale est liée à une augmentation de 5 mm Hg de la pression artérielle systolique et à une augmentation de 2 mm Hg de la pression artérielle diastolique ;
  • chez les adolescents qui se couchent plus tard en semaine, aucun lien n’est observé entre la graisse abdominale viscérale et l'hypertension artérielle ;
  • chez les adolescents suivis durant des vacances scolaires ni un sommeil retardé ni la régularité du sommeil ne modifient de manière significative le lien entre la graisse abdominale viscérale et la tension artérielle ;
  • chez les adolescents qui se décrivent eux-mêmes comme « du soir», chaque augmentation unitaire de graisse abdominale viscérale est liée à une pression artérielle diastolique accrue d'environ 3 mm Hg, cependant, ceux « du matin» n’accusent aucun impact de la graisse abdominale viscérale sur la tension artérielle.

 

Si cet essai ne démontre pas le lien de cause à effet entre les habitudes de sommeil et la tension artérielle, pris ensemble, ses résultats suggèrent que le maintien d’habitudes de sommeil régulières peut réellement protéger les adolescents contre le développement de troubles cardiovasculaires liés à un embonpoint ou une obésité.

 

 « Les adolescents n'ont pas tort de suivre leurs inclinations normales à dormir plus tard que dans leurs années d'enfance. Il s'agit d'un modèle de développement normal. Cependant, il est important qu’ils adoptent ensuite des habitudes de sommeil régulières. Le respect d’horaires réguliers pour le sommeil et plus largement des rythmes circadiens, peut également améliorer les performances scolaires et l’équilibre émotionnel ».

Plus sur le Blog Sommeil

Autres actualités sur le même thème