Vous recherchez une actualité
Actualités

SARCOPÉNIE : Peut-on prévenir la perte musculaire liée à l’âge ?

Actualité publiée il y a 2 années 4 mois 2 semaines
The Journal of Physiology
La sarcopénie caractérisée par la perte de fibres musculaires touche environ 10 à 20% des personnes de plus de 65 ans.

La sarcopénie, caractérisée par la perte de fibres musculaires, touche environ 10 à 20% des personnes de plus de 65 ans. En cas de forme sévère, cette perte musculaire avec l’âge, peut aboutir à l’impossibilité d’accomplir les activités du quotidien, à la perte d’autonomie et à la dépendance. Et s’il est possible de ralentir ou de prévenir la perte musculaire par l'exercice ou la kinésithérapie, cela ne permet pas de récupérer les fibres perdues. Ces scientifiques britanniques soutiennent dans le Journal of Physiology, que cette perte musculaire considérée comme inévitable pourrait être arrêtée : en effet, ils montrent comment le corps compense la perte de fibres musculaires par une augmentation de l’activité nerveuse dans le muscle. Un processus de protection naturel dont il serait peut-être possible de tirer parti pour préserver la force musculaire avec l’âge.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Avec le vieillissement, les muscles perdent en masse et en force. Ainsi, la sarcopénie définie par cette faiblesse de masse et force musculaires OU par une vitesse de marche très ralentie. Précisément, deux phénomènes sont à considérer, rappellent les auteurs, la perte de fibres musculaires et la réduction du nombre de nerfs qui forment les faisceaux de fibres musculaires. La combinaison d'une cellule nerveuse (motoneurone) avec une connexion à la fibre musculaire est appelée « unité motrice ».

 

Les chercheurs de l’Université de Manchester voulaient savoir s’il existe une différence dans la taille et le nombre d'unités motrices entre les hommes plus jeunes et les hommes plus âgés, en bonne santé ou atteints de perte musculaire liée à l'âge. L’étude a été menée auprès de 95 hommes âgés de 65 à 90 ans (13 exempts de sarcopénie, 53 « pré-sarcopéniques » et 29 sarcopéniques) et ont comparé leurs muscles et les niveaux d’activité nerveuse dans ces muscles, avec ces mêmes données chez 48 hommes plus jeunes (âgés de 18 à 40 ans). Les chercheurs ont pris en compte l’IMC, la composition corporelle, la qualité et la quantité de muscles en utilisant l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou l'échographie, ainsi que la densité osseuse des participants. Pour évaluer les unités motrices, les chercheurs ont utilisé l’électromyographie (EMG), une technique qui permet, à l’aide d’électrodes de détecter l'activité musculaire. L’analyse constate que :

  • tous les participants plus âgés présentent moins de fibres musculaires que les participants plus jeunes ;
  • les participants plus âgés possèdent un nombre réduit de 63 à 65% d'unités motrices que les hommes plus jeunes qu'ils aient ou non une sarcopénie ;
  • les participants plus âgés avec sarcopénie légère ou modérée présentent des niveaux plus élevés d'activité nerveuse dans le muscle restant : comparativement aux hommes plus jeunes, l'activité nerveuse dans chaque unité motrice est accrue de 26% chez les hommes âgés non sarcopéniques et de 41% chez les hommes âgés pré-sarcopéniques.

 

 

La qualité et la quantité de muscle varient ainsi avec le vieillissement : la perte d'unités motrices survient relativement tôt dans le processus de vieillissement, l'expansion des unités motrices existantes suggère que le corps s'adapte pour préserver le muscle. Ces données apportent une meilleure compréhension de la façon dont la perte musculaire peut être ralentie ou évitée, écrivent les chercheurs dans leur communiqué. En particulier en favorisant cette adaptation naturelle de l’activité nerveuse des unités motrices.

Cependant, dans l’attente de nouvelles thérapies, la meilleure méthode pour maintenir sa force musculaire est d’opter pour un régime alimentaire sain et équilibré et de maintenir une activité physique conforme aux recommandations dont des exercices de « renforcement » au moins 2 fois par semaine.

Autres actualités sur le même thème