Vous recherchez une actualité
Actualités

SÉROTONINE : Vous avez dit constipation et dépression ?

Actualité publiée il y a 5 mois 2 semaines 2 jours
Gastroenterology
Un tube digestif paresseux accompagne souvent la dépression.

Un tube digestif paresseux accompagne souvent la dépression. Cette étude d’une équipe de l'Université Columbia nous explique pourquoi : chez certains patients, les deux conditions résultent du même problème dans la chimie des neurones, de faibles niveaux de sérotonine. Ces travaux, présentés dans la revue Gastroenterology, menés chez la souris, révèlent qu'une carence de sérotonine dans les neurones de l'intestin peut entrainer la constipation, une carence dans le cerveau une dépression. Ils envisagent aussi un traitement, qui augmente à la fois la sérotonine dans l'intestin et le cerveau.

 

Jusqu'à un tiers des personnes atteintes de dépression souffrent aussi de constipation chronique, un des  facteurs les plus néfastes à la qualité de vie. Une constipation sévère peut avoir des conséquences graves, obstruer le tractus gastro-intestinal et entrainer une douleur intense. Enfin, on a constaté que certains antidépresseurs causent la constipation, mais ces effets indésirables n'expliquent pas tous les cas chez les patients atteints de dépression. Dans la réalité, les patients souffrant de dépression ont des options de traitement limitées et doivent fréquemment faire face à un dysfonctionnement intestinal, rappelle l’auteur principal, le Dr Kara Gross Margolis, professeur de pédiatrie à l'Université Columbia.

L'intestin est souvent appelé le « second cerveau du corps »

Des similitudes entre l'intestin et le cerveau : de récentes études ont documenté l’axe intestin-cerveau ont mis en évidence une relation bilatérale entre les deux systèmes. L’intestin contient en effet plus de neurones que la moelle épinière et utilise plusieurs neurotransmetteurs présents dans le cerveau. Les chercheurs ont donc fait l’hypothèse d’un processus sous-jacent commun dans les deux affections. Étant donné que de faibles niveaux de sérotonine dans le cerveau ont déjà été associés à la dépression et que les neurones de l’intestin utilisent également la sérotonine, les chercheurs ont regardé chez la souris comment de faibles niveaux de sérotonine pouvaient jouer un rôle dans la constipation.

 

Le rôle clé de la sérotonine : l’équipe a développé des souris portant une mutation génétique (liée à une dépression sévère chez l'homme) qui altère la capacité des neurones du cerveau et de l'intestin à produire la sérotonine. Les chercheurs constatent alors que la pénurie de sérotonine dans l'intestin, réduit le nombre de neurones dans l'intestin, entraîne une détérioration de la muqueuse intestinale et ralentit la circulation dans le tractus gastro-intestinal. En d’autres termes, les souris sont constipées et présentent le même type de changements gastro-intestinaux que ceux observés chez les personnes atteintes de constipation.

 

Un traitement qui augmente la sérotonine dans le cerveau et l’intestin : un traitement à base de précurseur de la sérotonine (5-http) et à libération lente, inventé par les chercheurs permet d’augmenter les niveaux de sérotonine dans les neurones de l'intestin, d’atténuer la constipation chez la souris et de réduire ses symptômes dépressifs. La découverte de ce lien entre un trouble cérébral et gastro-intestinal et ces résultats suggèrent que le nouveau traitement à base de 5-HTP pourraient traiter simultanément des affections associées de l'intestin et du cerveau.

 

La neurogenèse dans l’intestin est toujours possible : l'étude est également l'une des premières à montrer que la neurogenèse dans l'intestin est possible et peut corriger des anomalies intestinales ou digestives. Une neurogenèse qui pourrait également peut aider à traiter d'autres types de constipation dont la constipation liée à l’âge, elle-même associée à une perte de neurones dans le tractus gastro-intestinal. Une version à libération immédiate de 5-HTP est déjà disponible en tant que supplément, mais son efficacité sur le plan scientifique n'a pas été prouvée, et physiologiquement, elle ne devrait pas l'être, car son action trop courte, selon les auteurs.

 

Des études cliniques sont déjà prévues pour tester un médicament à libération lente de 5-HTP chez les personnes souffrant de dépression résistante au traitement et de constipation.

Autres actualités sur le même thème