Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SEXUALITÉ et IST : Elles n'ignorent pas les personnes plus âgées

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 2 jours
ECCMID 2024
Les infections sexuellement transmissibles (IST) ne sont pas « réservées » aux jeunes adultes (Visuel Fotolia 150280290)

Les infections sexuellement transmissibles (IST) ne sont pas « réservées » aux jeunes adultes, alerte cette équipe d’experts de l'Université de Varsovie qui révèle une hausse d’incidence de maladies telles que la gonorrhée ou la syphilis, dans les tranches d’âge plus élevées. Selon les dernières données, de plus en plus de personnes âgées reçoivent un diagnostic d’IST. Ces conclusions, présentées lors de l’European Congress of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (ECCMID 2024) doivent contribuer à promouvoir non seulement une bonne santé sexuelle chez les plus de 50 ans, mais aussi les comportements positifs qui permettent de réduire la propagation des IST, notamment pour des infections autres que le VIH.

 

Ces experts en maladies infectieuses expliquent comment mieux gérer l'augmentation des infections sexuellement transmissibles chez les personnes âgées, alors qu’aux Etats-Unis, leur incidence chez les 55 à 64 ans a plus que doublé au cours de la dernière décennie ; en Angleterre, le nombre de personnes de plus de 45 ans diagnostiquées avec la gonorrhée et la syphilis a doublé entre 2015 et 2019.

L’incidence des IST a plus que doublé chez les 55 ans et plus

Parmi les causes qui peuvent expliquer cette tendance, la disponibilité du sildénafil (Viagra®) dès la fin des années 90 a probablement eu son impact chez les hommes âgés, la génération du baby-boom qui a « manqué » de campagnes de prévention sur le sujet, et l’absence toujours fréquente de discussion entre le médecin et les professionnels de santé, et les patients sur leur santé et leurs préoccupations sexuelles. Pourtant, rappellent les auteurs,

« la santé sexuelle fait bien partie intégrante des soins de santé pour les personnes plus âgées ».

L’étude : ces conclusions s’appuient sur une large revue de la littérature publiée sur les IST, dont notamment la gonorrhée, la syphilis et les verrues génitales. Cette revue a pris en compte aussi l'importance des rapports, de l'intimité et de la santé sexuelle pour la génération des baby-boomers. L’analyse des données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) indique, notamment, que :

 

  • les taux de chlamydia, de gonorrhée et de syphilis parmi les adultes âgés de 55 ans et plus ont plus que doublé au cours des 10 dernières années ;
  • les taux de gonorrhée chez les personnes âgées de 55 à 64 ans sont passés d’environ 15 cas pour 100.000 en 2015 à 57 cas pour 100 000 en 2019 ;
  • en Angleterre, 31.902 nouvelles IST ont été enregistrées chez les plus de 45 ans en 2015 vs 37.692 en 2019, soit une augmentation de 18 % ;
  • la majorité des nouveaux diagnostics touchent des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ;
  • une prévalence élevée et similaire des IST est plus largement signalée chez les adultes plus âgés dans le monde entier, notamment en Chine, en Corée, au Kenya et au Botswana.

 

Quelles explications ? Les chercheurs citent parmi les causes possibles de cette hausse d’incidence, l’augmentation des taux de divorce, l’abandon des préservatifs, la disponibilité de médicaments contre la dysfonction sexuelle, le grand nombre de personnes âgées vivant ensemble dans des communautés de retraités et l’utilisation accrue des applications de rencontres. Ils précisent également que les études épidémiologiques ont probablement sous-estimé l’ampleur du problème :

l'accès limité aux services de santé sexuelle pour les plus de 50 ans

et le besoin d'éviter la stigmatisation et l'embarras conduisent souvent ce groupe d'âge à ne pas rechercher d’aide pour les IST.

 

A ces comportements, s’ajoutent les idées fausses concernant la sexualité et l’activité sexuelle chez les personnes âgées : « Les personnes ne deviennent pas asexuelles avec l'âge. En fait, grâce à la médecine préventive et à l’amélioration des modes de vie, les gens profitent plus longtemps d’une vie sexuelle ».

 

Les personnes âgées continuent d’avoir des relations sexuelles : fréquence de l’activité sexuelle tend à diminuer avec l’âge, cependant certaines études suggèrent que la moitié des hommes et près d’un tiers des femmes âgés de 70 ans et plus sont sexuellement actifs. 46 % des personnes âgées de 60 ans et plus déclarent, dans une autre étude, être sexuellement actives,

c'est aussi le cas de 10 % des personnes âgées de 90 ans ou plus.

Les niveaux de désir sexuel semblent même s’accroître avec l’âge, les hommes âgés présentant une plus grande fréquence de rapports sexuels et un plus grand nombre de partenaires que les femmes du même âge. Une étude rétrospective menée auprès de 420.790 couples âgés de 67 à 99 ans révèle que le veuvage est ainsi associé à un risque accru d'IST chez les hommes âgés, mais pas chez les femmes. Des résultats qui suggèrent une prise de risques sexuels plutôt courante chez les personnes âgées, en particulier les hommes.

 

Étant donné que le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait doubler dans le monde d'ici 2050 et que la disponibilité de médicaments favorables à l'activité sexuelle s’élargit, le problème pourrait être encore plus marqué ces prochaines années.

 

 « Les campagnes de santé sexuelle se concentrent sur les jeunes et négligent les besoins et les expériences des personnes âgées de 50 ans et plus. Cependant, les dangers des IST non diagnostiquées et non traitées telles que les cancers liés au HPV sont bien réels, en particulier dans ce groupe d’âge ».

Autres actualités sur le même thème