Actualités

SOMMEIL : Pourquoi il faut fermer les volets

Actualité publiée il y a 1 année 7 mois 2 semaines
PNAS
Une seule nuit exposée à une lumière modérée suffit à faire grimper la résistance à l’insuline (Visuel Adobe Stock 198330163)

Ces conclusions marquantes s’adressent à nous tous qui vivons « dans les sociétés modernes où l'exposition à la lumière nocturne intérieure et extérieure est de plus en plus répandue », écrivent ces chercheurs de la Northwestern University.

Même une exposition modérée à la lumière pendant le sommeil nuit à la santé cardiaque et augmente la résistance à l'insuline. Et une seule nuit exposée à une lumière modérée suffit à faire grimper la résistance à l’insuline. Ces travaux publiés dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) aboutissent à une conclusion simple et facile à mettre en pratique : « Le soir, avant de dormir, fermez bien vos volets ».

 

De nombreuses études ont porté sur l'exposition à la lumière artificielle la nuit avant et pendant le sommeil révélant un effet de décalage de l’horloge biologique, préjudiciable en particulier à la santé métabolique, avec dans certains cas, une prise de poids. L'exposition à la lumière artificielle la nuit pendant le sommeil est devenue courante, qu'elle provienne des écrans ou de sources extérieures à la maison, en particulier dans les grandes zones urbaines. On estime également qu’environ 40 % des personnes dorment à proximité d’une source lumineuse.

 

Cette nouvelle étude montre que dormir dans une pièce, même à peine éclairée augmente le risque de maladie cardiaque et de diabète : avec cette exposition, même modérée, le rythme cardiaque augmente et le corps ne peut pas se reposer.

Le cœur a besoin d’obscurité aussi pour se reposer

Les chercheurs de Chicago comparent ici, sur une seule nuit, en laboratoire du sommeil, les effets d’un sommeil exposé à 100 lux (lumière modérée) vs 3 lux (lumière faible) au cours d'une seule nuit. Ils constatent chez les participants que :

 

  • l'exposition modérée à la lumière fait passer le corps dans un état d'alerte plus élevé ;
  • dans cet état, la fréquence cardiaque augmente, via l'activation du système nerveux sympathique, ainsi que la force de contraction cardiaque et la vitesse à laquelle le sang est propulsé vers vos vaisseaux sanguins ;
  • la résistance à l'insuline est constatée dès le matin qui suit une nuit de sommeil exposé à une lumière modérée ; en compensation, le pancréas fabrique plus d'insuline avec un risque à plus long terme d’augmentation de la glycémie ;
  • interrogés, les participants déclarent ne pas être conscients de ces changements biologiques de leur corps durant la nuit ;

« Mais le cerveau le sent »,

commente l’auteur principal, le Dr Daniela Grimaldi, neurologue et chercheur au Center for Circadian and Sleep Medicine de la Feinberg School of Medicine :  « Le cerveau se comporte alors comme au cours d’un sommeil est léger et fragmenté. La physiologie du sommeil ne s’apaise pas comme elle le devrait ».

 

Une seule nuit d'exposition lumineuse suffit : une seule nuit d'exposition à un éclairage ambiant modéré pendant le sommeil peut altérer la régulation glycémique et cardiovasculaire, et exacerber ces facteurs de risque de maladie cardiaque, de diabète et de syndrome métabolique, précise le Dr Phyllis Zee, co-auteur principal de l'étude. Il existe des systèmes nerveux sympathiques et parasympathiques pour réguler notre physiologie pendant la journée et la nuit. Le sympathique prend en charge le jour et le parasympathique est censé le faire la nuit, lorsqu'il transmet la restauration à tout le corps.

 

La lumière et sa relation avec la santé sont à double tranchant : en plus du sommeil, de la nutrition et de l'exercice, l'exposition à la lumière est un facteur important pour la santé, mais pendant la nuit, la lumière se transforme en facteur de risque en altérant la santé cardiaque et endocrinienne. Les chercheurs rappellent donc simplement :

 

  • N'allumez pas les lumières. Si vous avez besoin d'avoir une lumière allumée (ce que les personnes âgées peuvent vouloir pour la sécurité), choisissez une lumière tamisée posée au niveau du sol ;
  • optez pour une lumière ambre ou rouge/orange moins stimulante pour le cerveau. Evitez la lumière blanche ou bleue ;
  • l’utilisation de masques pour occulter les yeux peut être efficace s’il n’est pas possible de contrôler toutes les sources de lumière ;

 

Le juge de paix est de ne pas pouvoir distinguer les objets autour de soi : « si vous pouvez très bien distinguer les choses, il fait probablement trop clair. Fermez les stores, tirez les rideaux et éteignez toutes les lumières avant de vous coucher ».

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités