Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ : Médicaments et chirurgie, les options à ne pas négliger

Actualité publiée il y a 4 jours 23 heures 21 min
Hypertension
Lorsque l’adhésion au régime alimentaire et à la pratique de l’exercice est difficile ou impossible, les médicaments et la chirurgie peuvent aider (Visuel Adobe Stock 276021384)

Avec cette nouvelle déclaration scientifique, les médecins experts du Conseil sur l'hypertension de l'American Heart Association (AHA) rappellent que lorsque l’adhésion au régime alimentaire et à la pratique de l’exercice est difficile ou impossible, les médicaments et la chirurgie peuvent aider. En particulier à traiter l'hypertension artérielle (HTA) liée à l'obésité. Cet article scientifique, publié également dans Hypertension, une revue de l’AHA, réaffirme ainsi le large spectre des avantages de la chirurgie bariatrique, bien au-delà de la perte de poids.

 

« La perte de poids obtenue grâce à des changements alimentaires et à une activité physique accrue sont les pierres angulaires du traitement de l’HTA liée au surpoids. Cependant, ces comportements sont rarement maintenus à long terme. Ainsi, les premières réductions de pression artérielle obtenues ne sont pas maintenues dans le temps », explique le Dr Michael E. Hall, directeur du Département des maladies cardiovasculaires à l’Université du Mississippi.

 

Cette nouvelle déclaration scientifique suggère que des stratégies pharmacologiques et chirurgicales peuvent contribuer à la fois à la réduction du poids et à la baisse de la tension artérielle à long terme- ce qui n’exclut pas d’opter pour une alimentation saine pour le cœur et la pratique d’une activité physique.

Réduire l'hypertension artérielle liée à l'obésité,

c’est l’objectif de ces nouvelles directives, dont les auteurs ont examiné les recherches déjà publiées.

L'impact de l'alimentation et de l'activité physique n’est évidemment pas remis en cause :

une alimentation saine permet un meilleur contrôle du poids et de la tension artérielle. Cependant, les nouvelles directives mettent l'accent sur les habitudes alimentaires plutôt que sur les aliments et les nutriments individuels. Ainsi, le régime méditerranéen est à nouveau mis à l’honneur et tout comme le régime DASH pour le contrôle de l’HTA. Il s’agit de mettre l'accent sur la consommation de fruits, de légumes, de légumineuses, de noix et de graines avec des quantités modérées de poisson, de fruits de mer, de volaille et de produits laitiers, et de faibles quantités de viandes rouges et transformées et de sucreries.

« Manger des aliments sains a des effets bénéfiques sur le poids et la tension artérielle,

si de nombreux régimes amaigrissants apportent des résultats à court terme, manger « sain et équilibré » de manière constante et à long terme permet de maintenir une perte de poids ou un poids de santé ».

 

Le jeûne intermittent, qui alterne des moments de repas et de jeûnes au cours de la journée ou de la semaine, permet également une certaine réduction du poids et de la pression artérielle, en particulier chez des personnes atteintes du syndrome métabolique (glycémie élevée, faibles taux de cholestérol HDL, taux élevés de triglycérides, pression artérielle et tour de taille élevés). Cependant, à plus long terme, le jeûne intermittent semble ne permettre qu’un faible impact sur le contrôle de la pression artérielle.

 

La pratique régulière de l'activité physique ainsi que l'amélioration de la forme cardiovasculaire et la réduction du temps de sédentarité peuvent aussi contribuer à réduire le poids corporel et la pression artérielle, confirme également cette nouvelle déclaration scientifique de l’AHA.

Et si les modifications du mode de vie n'ont pas permis de réduire le poids et de contrôler la pression artérielle ?

 

Des médicaments sur prescription peuvent être envisagés pour les personnes obèses ou en surpoids et présentant une comorbidité de l’obésité, comme l’HTA. « Le recours aux médicaments ou à la chirurgie bariatrique reste rare avant le développement de dommages aux organes cibles. Pourtant,  combinées à des changements de mode de vie, ces 2 options peuvent être efficaces à long terme.

 

Les médicaments appelés agonistes des récepteurs du GLP-1 sont documentés comme pouvant aider à perdre du poids durablement et à réduire considérablement la pression artérielle. Les agonistes du GLP-1, tels que le liraglutide et le sémaglutide, sont des hormones synthétiques, auto-administrées en une injection quotidienne ou hebdomadaire, qui réduisent l'appétit et aident les gens à se sentir rassasiés.

 

La chirurgie bariatrique, efficace à long terme pour la perte de poids et le contrôle de la pression artérielle : la chirurgie de pontage gastrique peut favoriser la perte de poids chez les personnes souffrant d'obésité sévère (IMC >35 voire 40 ou plus) et réduire aussi l'hypertension. L’analyse montre que la chirurgie bariatrique peut « résoudre » l’HTA chez 63 % des patients opérés. De plus, ces chirurgies ont considérablement progressé et deviennent moins invasives et moins risquées.

 

La déclaration met enfin des lacunes dans la recherche sur l'utilisation de médicaments et la chirurgie pour prévenir et traiter l'hypertension liée à l'obésité, notamment chez les patients qui souffrent de maladie rénale ou d’insuffisance cardiaque.

Autres actualités sur le même thème