Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

STRESS : Comment et pourquoi il accélère le vieillissement immunitaire

Actualité publiée il y a 1 année 10 mois 1 semaine
PNAS
Les événements traumatisants de la vie et la discrimination affaiblissent prématurément le capital de cellules immunitaires du corps (Visuel Adobe Stock 417136577)

Le stress accélère le vieillissement immunitaire, rappelle cette étude de l'Université de Californie du Sud : les événements traumatisants de la vie et la discrimination affaiblissent prématurément le capital de cellules immunitaires du corps. Ces événements stressants accélèrent ainsi plus largement le vieillissement, augmentant le risque de cancer, de maladies cardiovasculaires et d’infections telles que le COVID-19. La recherche, publiée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) contribue également à expliquer les disparités en matière de santé liée à l'âge, y compris les effets inégaux de la pandémie et suggère quelques interventions.

 

Avec le vieillissement des populations, il devient essentiel de comprendre les disparités en matière de santé liées à l'âge. Les modifications du système immunitaire liées à l'âge jouent un rôle essentiel dans ce déclin en santé publique, relève l’auteur principal, Eric Klopack, chercheur à l'USC Leonard Davis School of Gerontology.

Le vieillissement immunitaire s'accélère

Au fur et à mesure que les gens vieillissent, le système immunitaire commence naturellement à se dégrader, de manière « spectaculaire », c’est l’immunosénescence. Avec l'âge avancé, le profil immunitaire d'une personne s'affaiblit, trop de globules blancs en circulation sont « usés » et trop peu de globules blancs « naïfs » restent prêts à affronter de nouveaux envahisseurs. Ce vieillissement immunitaire est associé non seulement au cancer, mais également aux maladies cardiovasculaires, à un risque accru de pneumonie, à une efficacité réduite des vaccins et à un vieillissement systémique.

 

Pourquoi des différences de santé drastiques chez des adultes du même âge ? La question des différences entre différents individus du même âge se pose  et notamment celle de l’influence du stress au cours de la vie sur le déclin du système immunitaire.

 

L’étude a analysé de larges ensembles de données de l’University of Michigan’s Health and Retirement Study, une étude longitudinale menée auprès de 5.744 participants âgés de plus de 50 ans, qui ont renseigné par questionnaire leur exposition à différentes formes de stress social, différents types d’événements de la vie, au stress chronique ou à la discrimination. Des échantillons de sang des participants ont été analysés. L’analyse révèle que :

 

  • des scores de stress plus élevés sont associés à des profils immunitaires plus âgés, des taux plus faibles de globules blancs actifs et des taux plus élevés de globules blancs déficients ;
  • cette association entre les événements stressants de la vie et moins de cellules T prêtes à réagir, ou naïves, reste forte même après prise en compte des facteurs de confusion possibles dont le niveau d’études, le tabagisme, l'alcool, l'IMC et l'origine ethnique.

 

Les lymphocytes T qui forment composant essentiel de l'immunité, maturent dans une glande appelée thymus, qui se trouve juste devant et au-dessus du cœur. Au fil du vieillissement, le tissu du thymus rétrécit et est progressivement remplacé par du tissu adipeux, ce qui réduit la production de ces cellules immunitaires. De précédentes recherches ont suggéré que ce processus est accéléré par des facteurs liés au mode de vie comme une mauvaise alimentation et l’absence de pratique de l’exercice physique, 2 facteurs d’ailleurs associés à des niveaux plus élevés de stress social.

 

  • après prise en compte de ces 2 facteurs, alimentation et exercice physique, le lien entre le stress et le vieillissement immunitaire accéléré n'est pas aussi fort.

Cela suggère donc bien que les personnes qui subissent plus de stress ont tendance à avoir de moins bonnes habitudes alimentaires et d'exercice, ce qui favorise un vieillissement immunitaire accéléré. L'amélioration du mode de vie, chez les personnes âgées, pourrait donc compenser le vieillissement immunitaire associé au stress.

 

Le cytomégalovirus (CMV), un virus courant, généralement asymptomatique, est également évoqué par les auteurs car il est connu pour avoir un fort effet d'accélération du vieillissement immunitaire. Dormant la plupart du temps, le CMV peut « se réveiller » notamment en cas de stress élevé. Ici, la prise en compte de la positivité au CMV réduit bien le lien entre le stress et le vieillissement immunitaire accéléré. La vaccination généralisée contre le CMV pourrait constituer une intervention relativement simple mais efficace à réduire les effets du stress sur le vieillissement immunitaire, chez de nombreuses personnes âgées.


Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités