Vous recherchez une actualité
Actualités

SURALIMENTATION: Quand manger en société confine à l'exhibitionnisme

Actualité publiée il y a 3 années 7 mois 2 semaines
Frontiers in Nutrition

Drôle d’expérience qui nous est relatée par ces chercheurs de l’excellent Cornell Food & Brand Lab ! Le repas, partagé avec d’autres apparaît, mais seulement chez les hommes, comme un moment de rivalité et une « démonstration de virilité », écrivent les auteurs. Car en société, en compagnie d’autres hommes, les hommes mangent 30% de plus ! En synthèse, ces conclusions présentées dans la revue Frontiers in Nutrition montrent que « l'alimentation sociale » conduit à la suralimentation… surtout chez certains hommes.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ces experts de la nutrition développent ici un concept qui perdure : celui d'exhibitionnisme alimentaire ! (Exhibitionist Eating). L'idée étant de savoir qui va manger plus que l'autre ? Car, même si les hommes ne le font pas consciemment, manger plus qu'un ami confine à la démonstration de virilité et de force, explique le co-auteur Kevin Kniffin, du Cornell Food & Brand Lab. En fait, surconsommer lors d'un repas de famille ou entre amis aurait peut-être, chez les hommes, plus à voir avec l'ego qu'avec la qualité de la nourriture...


L'étude conclut que les hommes courent ainsi un risque réel à manger en excès dans ces contextes de repas sociaux, alors qu'en réalité, il n'y a pas toujours de véritable incitation à le faire. Ici, ils invitent des étudiants, globalement de poids similaire, à participer à un défi qui consiste à manger des ailes de poulet soit en présence de spectateurs, soit seuls, sans spectateurs. Les participants sont incités à en consommer le plus possible par la remise d'une médaille (sans valeur). L'expérience montre que les participants vont :
- consommer environ 4 fois que d'habitude lorsqu'il n'y a pas de défi particulier,
- et 30% encore en plus en présence de spectateurs.
- Face aux spectateurs, les participants hommes décrivent l'expérience comme « stimulante » et « excitante » !
- Les femmes, en revanche, consomment moins face aux spectateurs et décrivent l'expérience comme légèrement embarrassante.
Bref, on comprend que pour certains hommes, le repas reste une occasion de rivaliser ?

Exhibitionist Eating: Who Wins Eating Competitions?(Visuel@Crédit: Daniel Miller)
Lire aussi: L'OBÉSITÉ est-elle socialement transmissible?SOCIO: La convenance, un facteur majeur de choix alimentaire

Autres actualités sur le même thème