Vous recherchez une actualité
Actualités

SYNDROME de FATIGUE CHRONIQUE: De nouvelles preuves d'épuisement immunitaire

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 4 jours
Biological Research

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) qui affecte 17 millions de personnes dans le monde, est encore, comme la fibromyalgie, sa « cousine », une maladie encore peu connue et reconnue. Pourtant, le SFC est responsable de nombreux symptômes handicapants, une fatigue persistante, une faiblesse musculaire, des douleurs, des troubles de la mémoire et du sommeil… Plusieurs causes dont virales ont évoquées puis réfutées. Aujourd’hui, ces scientifiques australiens évoquent à nouveau la cause immunitaire, dans la revue Biological Research.

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) ou encéphalomyélite myalgique est une affection de longue durée qui provoque une fatigue persistante et handicapante. Ses causes restent largement inconnues, il n'existe pas de traitement « radical « et le SFC a longtemps été considéré comme « indiagnostiquable ». Il est pourtant responsable d'un lourd fardeau sanitaire avec ses symptômes de fatigue persistante, faiblesse musculaire, douleurs, troubles de la mémoire et du sommeil. Sa prévalence est estimée, très globalement, entre 0,1% et 3%. Récemment, encore aucun marqueur biologique ou organique n'avait été retenu pour détecter ou diagnostiquer ce syndrome. Hors des anomalies cérébrales identifiées récemment par une étude de Stanford et une signature immunitaire, par une étude de la Mailman School of Public Health (New York). N.B. Le syndrome de fatigue chronique se distingue de la fibromyalgie : dans la Classification internationale des maladies (CIM-10), le « syndrome de fatigue postviral » (ou SFC) est classé dans les maladies du système nerveux. La fibromyalgie est classée comme un rhumatisme non articulaire. Cependant ces deux conditions partagent un grand nombre de symptômes (voir schéma ci-contre).


Les scientifiques de l'Université Griffith (Queensland) décrivent ici une piste prometteuse en constatant dans les cellules immunitaires (lymphocytes NK et B) de patients atteints du SFC :

· un manque de récepteurs TRPM3, impliqués dans la signalisation du calcium à l'intérieur de la cellule et dans l'homéostasie cellulaire,

· globalement, une réduction significative des niveaux de calcium ou « mobilisation du calcium » dans les cellules de patients atteints vs témoins sains.

Un épuisement immunitaire chronique : Selon les scientifiques, cette carence en calcium dans les cellules immunitaires pourrait être un facteur clé du SFC. Alors que les traitements actuels du CFS se concentrent sur la réduction des symptômes, la protéine TRPM2 et la voie de signalisation du calcium dans les cellules immunitaires, apparaissent des cibles prometteuses pour traiter la maladie. L'étude va donc dans le sens de récentes données qui confirment le syndrome de fatigue chronique (SFC) et la fibromyalgie comme associés à un épuisement immunitaire chronique, suggérant la thèse de l'auto-inflammation ou de l'infection chronique.

31 May 2016 DOI: 10.1186/s40659-016-0087-2 Novel identification and characterisation of Transient receptor potential melastatin 3 ion channels on Natural Killer cells and B lymphocytes: effects on cell signalling in Chronic fatigue syndrome/Myalgic encephalomyelitis patients

Plus d'études sur le Syndrome de fatigue chronique

Plus d'études sur la Fibromyalgie

Autres actualités sur le même thème