Vous recherchez une actualité
Actualités

SYSTÈME IMMUNITAIRE: Les femmes mieux protégées que les hommes

Actualité publiée il y a 3 années 6 mois 2 semaines
PNAS

Les hommes sont-ils plus vulnérables à l'infection ? Cette étude qui porte au départ sur une plus grande susceptibilité des femmes aux maladies auto-immunes, comme le lupus, identifie, en effet, un rôle spécifique du chromosome X sur l’action des cellules immunitaires. Des résultats publiés dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) qui contribuent à expliquer pourquoi les femmes sont dotées d’un système immunitaire plus « hyperactif ».

Avec cette seconde copie du chromosome X, les femmes auraient donc dans l'ensemble un risque plus élevé de maladies auto-immunes mais aussi une meilleure immunité contre les infections courantes. Les auteurs de la Penn rappellent ainsi que 9 cas sur 10 de lupus sont féminins, et que l'arthrite rhumatoïde est 3 fois plus fréquente chez les femmes que les hommes.


De nombreux gènes liées à l'immunité sont situés sur le chromosome X. Comme les femmes ont deux chromosomes X, une copie est naturellement inactivée pour empêcher une activité excessive. Cette inactivation se produit dans chaque cellule de manière aléatoire, soit sur la copie X de la mère, soit sur celle du père. Cette étude de laboratoire a donc examiné l'expression des gènes dans les cellules de globules blancs d'échantillons de sang humain et chez la souris, pour mieux cerner le rôle de la seconde copie de X, silencieuse, chez les femmes. L'équipe a donc analysé des échantillons de sang provenant de souris, de femmes et d'hommes en bonne santé et de 5 enfants atteints de lupus, en se concentrant sur les lymphocytes B et T, impliqués dans la lutte contre les infections virales. Leur analyse montre que :

· les cellules ont des grappes de matériel génétique (ARN) lié à l'inactivation du chromosome X

· cependant, ce cluster d'ARN n'est pas identique, chez les femmes, dans les cellules immunitaires B et T, suggérant une inactivation moins complète de la copie de X, suggérant qu'une partie des gènes immunitaires pouvait être lu par la machinerie cellulaire, ceci pouvant entraîner une surexpression de gènes immunitaires et donc augmenter le risque de maladies auto-immunes.

· Sur des échantillons de sang de femmes atteintes de lupus, l'analyse constate que le cluster d'ARN est situé sur des sites différents des cellules. Cette localisation d'ARN inhabituelle pourrait également contribuer à expliquer cette réponse immunitaire hyperactive.

En conclusion, ces travaux font, pour la première fois le lien entre une inactivation de la seconde copie du chromosome X, chez les femmes et une immunité accrue voire une sensibilité auto-immune. Une recherche qui appelle de nombreuses autres études, sur un plus grand nombre de participants, mais aussi sur l'ensemble du spectre des maladies auto-immunes.

Autres actualités sur le même thème