Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TABAGISME ou VAPOTAGE, mêmes indices épigénétiques et carcinogènes

Actualité publiée il y a 2 mois 1 jour 9 heures
Cancer Research
Des modifications similaires de l’ADN sont ici retrouvées dans les cellules de fumeurs et d’utilisateurs de cigarettes électroniques (Visuel Adobe Stock 638569914)

Si le tabac est bien connu comme un facteur modifiable d’effets néfastes sur la santé, et si on estime qu’il entraîne près de 8 millions de décès dans le monde chaque année, si les cigarettes électroniques semblent plus sécures, au point d’être envisagées comme substituts pour les fumeurs, ce sont bien des modifications similaires de l’ADN qui sont ici retrouvées dans les cellules de fumeurs et d’utilisateurs de cigarettes électroniques. De plus, les scientifiques de l’University College London (UCL) et de l'Université d'Innsbruck notent que ces modifications épigénétiques identiques sont pour certaines cancérigènes. De nouvelles données, épigénétiques donc, publiées dans la revue Cancer Research, qui permettent une meilleure compréhension des effets à long terme des cigarettes électroniques sur la santé, et appellent donc à la prudence.

 

En synthèse, les utilisateurs de cigarettes électroniques ayant un historique limité de tabagisme présentent, vs les fumeurs de cigarettes classiques, des modifications similaires de l'ADN dans leurs cellules -ici des cellules spécifiques prélevée dans la joue.

Oui, les cigarettes électroniques ont des effets épigénétiques nocifs

L'étude analyse ces effets épigénétiques, du tabac et des cigarettes électroniques soit la méthylation de l'ADN de plus de 3.500 échantillons cellulaires, afin d’évaluer l'impact direct sur les cellules du tabac et du vapotage.

 

L’épigénome fait référence à une couche supplémentaire d’informations qui se superpose à notre matériel génétique, rappellent les auteurs : l’ADN, l’épigénétique portant sur l’expression des gènes. Les épigénomes évoluent tout au long de la vie et peuvent être affectés par divers facteurs génétiques ou non génétiques, notamment le vieillissement, des facteurs environnementaux et de mode de vie, ou encore le stress et les traumatismes psychologiques. La méthylation de l’ADN est le type de modification épigénétique le plus couramment étudié.

 

  • Ici, l'analyse les cellules épithéliales (cellules qui tapissent généralement les organes et sont souvent à l’origine du cancer) de la bouche révèle que ces cellules présentent des changements épigénomiques substantiels chez les fumeurs. Elle retrouve également des changements épigénomiques similaires dans les cellules d'utilisateurs de cigarettes électroniques qui n'avaient fumé ou alors moins de 100 cigarettes classiques au cours de leur vie.

 

La recherche, la première menée l'impact du tabagisme et du vapotage sur différents types de cellules – plutôt que sur le sang uniquement –permet donc de mieux cerner les implications à long terme de l’utilisation des cigarettes électroniques sur la santé.

 

« Nous ne pouvons conclure que les cigarettes électroniques provoquent le cancer sur la base décès données, mais nous observons que les utilisateurs de cigarettes électroniques présentent des changements épigénétiques similaires dans les cellules buccales que les fumeurs, et ces mêmes changements sont associés au développement futur d'un cancer du poumon. Les recherches doivent donc se poursuivre pour déterminer si ces caractéristiques pourraient être utilisées pour prédire le risque de cancer chez les utilisateurs de cigarettes électroniques, comme c’est le cas chez les fumeurs ».

 « L’épigénome nous permet, d’un côté, de regarder en arrière.

Cela nous renseigne sur la façon dont notre corps a réagi à une exposition environnementale antérieure comme le tabagisme. De même, l’exploration de l’épigénome peut également nous permettre de prédire la santé et les maladies futures. Les changements observés dans les tissus cancéreux du poumon peuvent également être mesurés dans les cellules des joues de fumeurs qui n’ont pas (encore) développé de cancer. Il est important de noter que nos recherches soulignent le fait que les utilisateurs de cigarettes électroniques présentent les mêmes changements et que ces dispositifs pourraient ne pas être aussi inoffensifs qu’on le pensait ».

Plus sur le Blog Addictions
Plus sur le Blog Cancer

Autres actualités sur le même thème