Vous recherchez une actualité
Actualités

TATOUAGE : Jusqu’aux ganglions lymphatiques l’encre voyage

Actualité publiée il y a 2 années 2 mois 1 semaine
Scientific Reports

Ce qui est certain, c’est que des particules provenant de l'encre de tatouage peuvent se propager jusqu’aux ganglions lymphatiques. Mais l'encre de tatouage peut-elle provoquer le cancer ? Cette étude ne le démontre pas. Ses conclusions présentées dans les Scientific Reports révèlent néanmoins la présence de titane dans les ganglions mais aussi de niveaux plus élevés de composés toxiques dans la peau et les ganglions lymphatiques de certains porteurs de tatoo, dont l'aluminium, le chrome, le fer, le nickel et le cuivre. L’étude apporte ainsi la preuve de la migration et du dépôt à long terme d'éléments toxiques et de pigments du tatouage dans les ganglions lymphatiques et d’une altération de biomolécules dans les tissus de la peau affectée les pigments, un facteur d’inflammation de la peau.

 

Si les tatouages ​​sont de plus en plus populaires ces dernières années, peu d’études ont été réalisées sur leur sécurité et sur leurs effets sur la santé humaine. Si l’accent a néanmoins été mis sur l’asepsie et en particulier l’usage d’aiguilles stériles pour prévenir la propagation de maladies transmises par le sang, on dispose de peu de données sur les effets secondaires éventuels de l'encre qui ​​comprend un mélange de pigments organiques et métalliques et de conservateurs. Cette équipe de plusieurs instituts de recherche allemand a regardé si la propagation des particules d'encre dans les ganglions lymphatiques pouvait avoir un impact significatif sur la santé humaine.

 

Les chercheurs du German Federal Institute for Risk Assessment, Physikalisch-Technische Bundesanstalt e de l’Institute of Forensic Medicine(Allemagne), avec la collaboration du département « Rayons X » du Synchrotron (France) ont analysé des échantillons de peau et de ganglions lymphatiques de 6 donneurs tatoués et autopsiés. Ils ont également mené une série d'expériences pour identifier les types de pigments et de particules présents dans la peau et les ganglions lymphatiques pour voir si ces particules s’étaient propagées aux ganglions lymphatiques.

Des substances comme le titane dans les ganglions lymphatiques : l’analyse montre que 4 de ces 6 « participants » étaient plus susceptibles de présenter des substances comme le titane dans les ganglions lymphatiques -qui font partie du système lymphatique, qui fait partie du système immunitaire. Globalement, les scientifiques constatent :

  • la présence de pigments organiques dans la peau et les ganglions lymphatiques de 4 des donneurs tatoués.
  • 2 des sujets tatoués ne présentaient aucun pigment organique dans les ganglions lymphatiques, probablement parce que ces pigments étaient présents à des niveaux très faibles ou s'étaient dégradés.
  • des niveaux plus élevés de 5 composés toxiques sont retrouvés dans la peau et les ganglions lymphatiques des participants tatoués. Les éléments identifiés étaient l'aluminium, le chrome, le fer, le nickel et le cuivre.
  • des traces de titane sont identifiées dans la peau et les ganglions lymphatiques des participants tatoués. L’analyse aux rayons X révèle que cette présence de titane est principalement dans sa forme la plus stable et la moins toxique.
  • la taille des particules retrouvées dans la peau et les ganglions varie considérablement en fonction du type de pigment. Les pigments plus petits sont évidemment plus susceptibles d'être retrouvés dans les ganglions, cependant même des particules d'oxyde de titane relativement grandes sont retrouvées dans les ganglions lymphatiques.
  • Enfin, les biomolécules sont modifiées avec des niveaux plus élevés de lipides et des niveaux inférieurs de protéines à la fois dans la peau et les ganglions lymphatiques.

 

Il existe donc une preuve solide de la migration et du dépôt à long terme d'éléments toxiques et de pigments de tatouage sur la peau et dans les ganglions lymphatiques, avec des altérations biomoléculaires des tissus impactés. Il reste donc à préciser les effets associés pour la santé, des effets nocifs à long terme n’étant pas écartés.

Le message en pratique est de s’assurer aussi auprès de son tatoueur des types de pigments utilisés.

Autres actualités sur le même thème