Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TCA : En augmentation de 65 % en 4 ans ?

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 2 jours
FAIR Health
En 4 ans seulement, de 2018 à 2022, les plaintes de patients concernant les troubles du comportement alimentaire (TCA) ont augmenté de 65 % à l'échelle des États-Unis, en pourcentage de tous les motifs de consultations médicales (Visuel Adobe Stock 427281694)

C’est le constat de ces experts, psychiatres, psychologues et nutritionnistes de Fair Health (New York), une organisation américaine à but non lucratif visant à mieux comprendre les priorités et les fardeaux de santé publique : en 4 ans seulement, de 2018 à 2022, les plaintes de patients concernant les troubles du comportement alimentaire (TCA) ont augmenté de 65 % à l'échelle des États-Unis, en pourcentage de tous les motifs de consultations médicales. Ce bilan fait notamment état d’une augmentation de la prévalence de ces troubles chez les femmes qui représentent désormais plus de 89 % des consultations pour ce motif.

 

Au cours de cette même période, 72 % des patients atteints de TCA ont également reçu un diagnostic concernant un ou plusieurs problèmes de santé mentale concomitants, ce qui confirme leur corrélation. Les TCA sont d’ailleurs référencés comme un groupe diversifié de problèmes de santé mentale caractérisés par de graves perturbations du comportement alimentaire.

Parmi les principales conclusions

de cette analyse des données de pas moins de 43 milliards de consultations :

 

  • ces 4 dernières années, les consultations pour TCA ont augmenté de 65 % en % de tous les motifs de consultations médicales ;
  • tous les types de TCA ont augmenté au cours de la période, mais à des rythmes différents :
  • la prévalence du trouble d'évitement alimentaire qui se traduit par une restriction de la prise alimentaire a été multipliée par 3 ;
  • l'hyperphagie boulimique a augmenté de 81 % ;
  • l'anorexie mentale de 73 % ;
  • au cours de la même période, 72 % des patients souffrant de TCA ont également reçu un diagnostic d’un ou plusieurs problèmes de santé mentale concomitants :
  • c’est le cas de 65 % des patients souffrant d’évitement alimentaire et de 78 % des patients boulimiques, ce groupe de patients accusant le plus grand nombre de troubles de la santé mentale concomitants ;
  • plus de 20 % des patients souffrant de TCA souffrent également d’un trouble lié à l’usage de substances.
  • 41 % ont également reçu un diagnostic de trouble anxieux généralisé ;
  • 39 % de trouble dépressif majeur ;
  • un patient pouvant recevoir les 2 diagnostics, précisent les auteurs ;
  • ces patients souffrant de TCA sont au final plus de 5 fois plus susceptibles de souffrir d’un problème de santé mentale et plus de 4 fois plus susceptibles de souffrir d’un trouble lié à l’usage de substances ;
  • l’hyperphagie boulimique est le trouble de l’alimentation le plus fréquemment diagnostiqué sans autres troubles de l’alimentation associés : ainsi, 24 % des patients atteints de TCA ont reçu ce diagnostic d’hyperphagie boulimique comme seul TCA ;
  • viennent ensuite l'anorexie (24 %), la boulimie (6 %), l’évitement (5 %) ;
  • 10 % des patients sont diagnostiqués avec plusieurs TCA ;

 

La prévalence des TCA selon les tranches d’âge évolue : la plus grande prévalence des TCA en 2018 était observée dans la tranche d’âge des 19-24 ans puis dans la tranche d’âge des 14-18 ans ; en 2022, ces positions sont inversées, les plus jeunes (14 à 18 ans) accusant la plus forte prévalence.  

 

Les femmes, premières victimes : sur l’ensemble de la période d’étude, les femmes apparaissent de loin les plus touchées par les TCA, 89 % des cas étant diagnostiqués chez des femmes. Avec des disparités selon les troubles alimentaires spécifiques de 94 % des cas chez les femmes pour l'anorexie, à 68 % pour l’évitement alimentaire.

 

Quel mode de prise en charge ? Si le COVID a probablement contribué à accélérer l’incidence de ces troubles, la télésanté a suivi, et est le mode de prise en charge qui a le plus augmenté pour le traitement des TCA. Son utilisation a été ainsi multipliée par 100 entre 2018 et 2022 pour la demande et la délivrance de soins, pour les TCA. Au cours de la même période, l'utilisation des consultations en cabinet médical a diminué de 55 %.

 

Des données qui incitent les systèmes de santé à se repencher sur la prévention et la prise en charge de ces troubles, principalement chez les jeunes femmes et dès le début de l’adolescence.

Plus sur le Blog Nutrition

Autres actualités sur le même thème