Vous recherchez une actualité
Actualités

TÉLOMÈRES : Les rallonger nous fera-t-il rajeunir ?

Actualité publiée il y a 3 mois 4 jours 12 heures
JAMA Nertwork Open
La longueur des télomères est un marqueur de vieillissement cellulaire, les rallonger nous fera-t-il vivre plus longtemps ?

On sait que la longueur des télomères est un marqueur de vieillissement cellulaire. Cette étude de l’Institut Max Planck montre même qu’elle est liée à la structure du cerveau et de la matière grise. Plus on vieillit, plus les télomères raccourcissent et plus notre matière grise s’amincit dans certaines zones du cerveau. Alors que se passerait-il si on pouvait rallonger les télomères ? Ces travaux, présentés dans le JAMA Network Open suggèrent que c’est une entreprise difficile, et qu’il est plus sage d’opter pour un mode de vie sain ! Ce qui permet aussi de ralentir le vieillissement et de préserver ses télomères. En fin de compte, les télomères ne seraient-ils que des marqueurs passifs ?

 

Les télomères, de bons marqueurs de l’âge biologique : les télomères sont des capuchons protecteurs situés aux extrémités des chromosomes. Ils se raccourcissent à chaque division cellulaire et, à un certain point, la cellule cesse de se diviser et de se renouveler. La longueur de nos télomères peut donc prédire la façon dont notre corps vieillit et permettre d'évaluer notre vulnérabilité aux maladies chroniques. La longueur des télomères est donc un marqueur de l'âge biologique d'une personne, par opposition à son âge chronologique. Pour 2 personnes du même âge chronologique, la personne ayant des télomères plus courts présente un risque accru de développer des maladies liées à l'âge telles que la maladie d'Alzheimer ou le cancer. Elle pourrait même avoir une espérance de vie plus courte.

Les télomères sont-ils des marqueurs et des acteurs du vieillissement biologique ?

Comment le mode de vie influe sur les télomères : La génétique mais aussi un mode de vie malsain sont des facteurs majeurs de raccourcissement des télomères, tout comme le stress psychologique. Les chercheurs ont donc regardé dans quelle mesure le mode de vie peut influer sur la longueur des télomères. Des études récentes suggèrent que les télomères peuvent changer plus rapidement qu'on ne le pensait auparavant, et s’allonger au bout de quelques mois seulement  d’intervention.

 

Peut-on freiner le vieillissement en augmentant la longueur des télomères ? Ralentir, arrêter ou même inverser le raccourcissement des télomères pourrait-il donc être une solution pour rester jeune plus longtemps ?  Alors que la réponse n'est pas claire, afin de voir si un changement à court terme de longueur des télomères peut effectivement être associé à des changements d'âge biologique, les chercheurs ont associé ce marqueur à un autre biomarqueur du vieillissement et de la santé : la structure du cerveau.

 

Télomères et structure du cerveau une association dose-dépendante : Les participants ont subi 4 examens IRM espacés de 3 mois et ont fourni des échantillons de sang aux mêmes dates. En utilisant l'ADN des leucocytes du sang, les scientifiques ont pu déterminer la longueur des télomères. Les examens IRM ont permis de calculer l’épaisseur du cortex cérébral de chaque participant. On sait que la couche externe de matière grise s'amincit avec l'âge. On sait également que certaines maladies neurologiques et liées à l’âge sont associées à un amincissement cortical plus rapide dans certaines zones du cerveau. Cette étude montre que :

  • le changement de longueur des télomères est associé à des changements structurels dans le cerveau ;
  • ainsi, lorsque les télomères des participants se sont allongés au cours de l'étude, au même moment, leur cortex s'est épaissi ;
  • lorsque les télomères des participants ont raccourci, les chercheurs observent une réduction de la matière grise. Cette association se produit spécifiquement dans une zone du cerveau appelée précuneus, qui est un pivot central du métabolisme et des connexions ;
  • notre vieillissement biologique semble être plus rapide que nous le pensions ;
  • les marqueurs de vieillissement peuvent varier ensemble de manière significative en seulement trois mois.

 

 

Apprécier sur 3 mois les fluctuations générales de l'état de santé : cette rapidité des changements observés simultanément sur la longueur des télomères et la structure du cerveau laisse penser que la longueur des télomères est un marqueur fidèle en temps réel du vieillissement biologique. Mais quel est précisément le mécanisme biologique qui sous-tend ces changements à court terme et ces changements ont-ils vraiment un effet sur la santé ? La question reste posée.

 

Alors peut-on inverser le vieillissement en rallongeant les télomères ?

L'équipe a regardé si la longueur des télomères peut être modifiée par 9 mois d'entraînement mental basé sur la conscience et l'empathie, et si un tel changement de la longueur des télomères se reflète dans l'épaississement ou l'amincissement cortical. Mais ici, et contrairement à de précédentes études, l’équipe constate l'absence d'effet de cet entraînement cognitif sur les télomères.

 

 

Il semblerait donc que les télomères soient un marqueur efficace de l’âge biologique, qu’il est évidemment possible par un mode de vie sain de ralentir le vieillissement et donc le raccourcissement des télomères, mais il semble difficile de « faire rallonger » les télomères dans l’objectif -qui reste incertain- de freiner le vieillissement cellulaire.  

Autres actualités sur le même thème