Vous recherchez une actualité
Actualités

TENDINOPATHIE : La fraction vasculaire stromale au secours des tendons

Actualité publiée il y a 2 semaines 14 heures 45 min
SCTM
La recherche utilise ici un système de dégradation mécanique des graisses pour isoler la SVF en désagrégeant en douceur le tissu adipeux à l'aide d'une grille particulière de microlames et d'un filtre pour les cellules, le tout à l'intérieur d'une capsule stérile (visuel Adobe Stock 143338323).

La thérapie par cellules souches- via la fraction vasculaire stromale (SVF)- confirme ses promesses dans la réparation des tendons blessés. Du moins, cette étude préclinique en apporte les premières preuves d’efficacité. Ainsi, les tendons d’un modèle animal de tendinopathie (tendinite non inflammatoire) traités par greffe de cellules souches retrouvent, avec cette forme de greffe, et en 2 mois seulement, un diamètre et une force similaires au tendon sain d'origine. Ces travaux, présentés dans la revue Stem Cells Translational Medicine (SCTM) qui confirment la sécurité, la viabilité et l’efficacité de la greffe de cellules souches dérivées de la graisse autologue (dont est issue la SVF).

 

Les tendons sont les tissus fibreux qui relient les muscles aux os. Leur travail consiste à transmettre la force de contraction produite par les muscles à l'os qu'ils tiennent, ce qui permet le mouvement. En raison de leur surutilisation et du vieillissement, les blessures aux tendons sont aujourd’hui un problème clinique fréquent. Les tendons endommagés guérissent lentement et les traitements actuels sont inefficaces à restaurer la structure et la fonctionnalité d'origine du tendon et à gérer la douleur.

La fraction vasculaire stromale dérivée du tissu adipeux, contient des populations cellulaires hétérogènes telles que des cellules souches/progénitrices mésenchymateuses, des cellules endothéliales, des péricytes, des cellules T et des macrophages M2 (Visuel AlphaMed Press)

« Non seulement le patient souffre, mais le fardeau des tendinopathies augmente considérablement pour nos systèmes de santé »,

relève l’auteur principal, le Dr Francesco De Francesco, chirurgien spécialiste de la reconstruction et de la chirurgie de la main aux « Ospedali Riuniti » (Hôpitaux unis) d'Ancône (Italie). Les taux d'incidence des tendinopathies augmentent, notamment avec le vieillissement des populations et dans le même temps le fardeau socio-économique lié aux traitements, souvent inefficaces, des tendinopathies et autres troubles musculosquelettiques. Un plan thérapeutique efficace et abordable est donc impératif ».

 

Guérir les tendons blessés passe à l’évidence par les thérapies régénératives. En particulier, les microgreffes adipeuses autologues (AAMG) et de fraction vasculaire stromale (SVF : stromal vascular fraction) sont prometteuses. La fraction vasculaire stromale dérivée du tissu adipeux, contient des populations cellulaires hétérogènes telles que des cellules souches/progénitrices mésenchymateuses, des cellules endothéliales, des péricytes, des cellules T et des macrophages M2 (impliqués dans l’angiogenèse, la réparation ou encore le remodelage de la matrice). Les cellules souches/progénitrices mésenchymateuses dérivées de la SVF peuvent être facilement développées in vitro et peuvent donner ensuite différentes lignées cellulaires.

 

Une étude précédente menée chez la souris modèle de tendinopathie avait déjà montré l’intérêt des AAMG et de la SVF dans la cicatrisation et la récupération des tendons chez 60 à 70% des animaux traités. Cette nouvelle recherche menée sur un modèle animal plus gros, plus comparable aux humains aboutit également à des résultats très positifs.

 

La recherche utilise ici un système de dégradation mécanique des graisses (Rigenera Technology, Rigenera®, HBW srl, Turin, Italie) pour isoler la SVF en désagrégeant en douceur le tissu adipeux à l'aide d'une grille particulière de microlames et d'un filtre pour les cellules, le tout à l'intérieur d'une capsule stérile. Ce dispositif conduit à la génération d'une suspension de microgreffe prête à l'emploi et riche en SVF, en fragments de matrice extracellulaire et en facteurs de croissance, et permet d’optimiser le potentiel de régénération des fragments de tissus isolés. La SVF résiduelle contient des péricytes capables de se convertir progressivement en cellules souches adipeuses activées. Et l'AAMG qui en résulte exerce un effet anti-inflammatoire et cicatrisant lorsqu'il est appliqué aux troubles musculosquelettiques.

Le protocole permet ici une récupération complète des tendons chez un gros modèle animal modèle de tendinopathie :

  • 2 mois après la greffe, les animaux traités récupèrent des tendons à l’épaisseur, la consistance et la force similaires à celles de tendons « sains » non blessés ;
  • des effets positifs dans la composition de la matrice dans les tendons traités et dans les dépôts de collagène sont observés, ainsi qu'une amélioration de la formation des vaisseaux sanguins dans les sites lésés.

 

Ces travaux confirment ainsi les effets bénéfiques de la réparation des tendons par greffe de SVF, un traitement décrit comme sûr, fiable et efficace pour la tendinopathie, avec un taux de complications post-intervention probablement plus faible qu’avec les thérapies actuelles.

 

Bientôt comme traitement de la tendinopathie chez l'Homme ? Cette étude préclinique utilisant des greffes de cellules souches dérivées de la graisse suggère l'espoir d'un traitement futur plus efficace chez l'Homme, confirme le Dr Anthony Atala, rédacteur en chef de Stem Cells Translational Medicine et directeur du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine.

Autres actualités sur le même thème