Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TRAUMA CRÂNIEN et DÉMENCE : Le liquide céphalo-rachidien fait le lien

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 2 jours
Alzheimer's & Dementia
Les fuites de liquide céphalo-rachidien pourraient-elles constituer le lien entre un traumatisme crânien et la démence ?  (Visuel Adobe Stock 428612018)

Les fuites de liquide céphalo-rachidien pourraient-elles constituer le lien entre un traumatisme crânien et la démence ? Cette équipe spécialisée de l’Université de Toronto propose en effet, en pratique clinique, d’identifier et de traiter les fuites de liquide céphalo-rachidien (LCR) chez les patients déments, ayant des antécédents de traumatisme crânien afin de vérifier si leurs symptômes de démence pourraient être réduits. Des travaux publiés dans la revue Alzheimer’s & Dementia Translational Research & Clinical Interventions qui engagent à poursuivre les recherches pour mieux comprendre le rôle du LCR dans le développement des démences.

 

Chez les patients ayant subi un traumatisme crânien, la présence de maux de tête chroniques et persistants peut suggérer des fuites du LCR et une hypotension intracrânienne. Dans ce groupe de patients par ailleurs, le risque de maux de tête est plus élevé chez ceux qui souffrent de démence que chez ceux exempts de démence. Les fuites de LCR pourraient contribuer à expliquer le lien entre le traumatisme crânien, les maux de tête et la démence.

Traumatisme crâniens et démence, une association fréquente

Les traumatismes crâniens sont fortement associés à un risque accru de démence. Malheureusement, les processus qui sous-tendent cette relation restent incompris. Ce manque de connaissances rend difficile le développement de stratégies de prévention pour les victimes de traumatisme crânien.

 

Les fuites de LCR ont des effets connus : ces fuites sont associées à une diminution de la flottabilité du cerveau et à un affaissement cérébral visible à l’IRM. Un affaissement cérébral sévère peut entraîner des symptômes très similaires à ceux de la démence frontotemporale, un type de démence précoce. De précédentes recherches ont ainsi révélé qu'un type de fuite spinale du LCR appelé « Fistule LCR-veineuse » est fréquent chez les patients présentant des symptômes de démence frontotemporale. Une fois identifiée grâce à une technique d'imagerie spécialisée (myélographie par soustraction numérique), la fuite peut être chirurgicalement corrigée ce qui résout en général les symptômes de démence.

 

L’étude pilote menée chez 9 patients souffrant du syndrome d'affaissement cérébral frontotemporal confirme que cette correction chirurgicale permet de corriger le problème. L’auteur principal, le Dr Esme Fuller-Thomson, de l’Institute of Life Course and Aging de l’Université de Toronto, commente la recherche : « nous nous sommes demandé si

  • les fuites de LCR sont un facteur important dans le lien entre traumatisme crânien et démence.

  • En démontrant l’hypothèse, l’étude suggère que le traitement de la fuite pourrait chez ces patients, atténuer les symptômes de démence.

 

Combien de patients déments concernés ? Des fuites de LCR sont identifiées chez environ 1 à 3 % des adultes ayant subi un traumatisme crânien. Les symptômes de fuites graves de LCR comprennent des maux de tête, un déséquilibre et une hypersomnolence. Bien que de nombreuses fuites de LCR puissent se résoudre d'elles-mêmes, des fuites plus importantes peuvent nécessiter une ligature chirurgicale via une procédure mini-invasive. Identifier la source des fuites de LCR peut être complexe mais il existe aujourd’hui des technologies d'imagerie pour y parvenir.

 

Les fuites de LCR peuvent ainsi jouer un rôle clé dans la corrélation entre le traumatisme crânien et la démence. Une association qui mérite la poursuite d'autres recherches en particulier sur le rôle possible du LCR dans le développement des démences.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème