Actualités

TRIGLYCÉRIDES : Un marqueur puissant de second AVC

Actualité publiée il y a 2 jours 18 heures 27 min
Neurology
Même mieux gérés avec un traitement par statine, des triglycérides élevés augmentent le risque de deuxième AVC (Visuel Adobe Stock 123251630)

Même mieux gérés avec un traitement par statine, des triglycérides élevés augmentent le risque de deuxième AVC, après un premier accident vasculaire cérébral (AVC) athérothrombotique, conclut cette équipe de la Tokyo Women's Medical University. L’étude, publiée dans la revue Neurology®, la revue médicale de l'American Academy of Neurology identifie une forte association même lorsque les patients suivent un traitement par statine, pourtant bien destiné à réduire le taux de triglycérides...

 

L'AVC peut avoir de nombreuses causes. Un accident vasculaire cérébral athérothrombotique est causé par un caillot qui se forme à partir de plaques qui s'accumulent dans les vaisseaux sanguins du cerveau. Cette étude suggère que les personnes qui subissent ce type d'AVC et ont également des niveaux sanguins plus élevés de triglycérides, présentent un risque plus élevé de nouvel AVC ou d'autres problèmes cardiovasculaires dans l’année qui suit, par rapport aux patients qui ont également subi un AVC mais présentent des niveaux de triglycérides inférieurs.

Les triglycérides participent à la rigidité artérielle

Les statines, une partie seulement de la thérapie : par conséquent, des niveaux élevés de triglycérides sont associés à un risque accru de crise cardiaque, de maladie cardiaque et d’AVC, soulignent les chercheurs japonais. L’étude suggère qu’après un AVC athérothrombotique, avoir des taux élevés de triglycérides dans le sang est un facteur de risque de nouvel AVC même avec les statines. L’auteur principal, le Dr Takao Hoshino, de la Tokyo Women's Medical University commente ces nouvelles données en considérant les statines que comme « un traitement parmi d'autres pour gérer des taux élevés de triglycérides ». « L'alimentation et l'exercice sont également des moyens efficaces de réduire les taux sanguins de triglycérides ».

 

L'étude est menée auprès de 870 participants, âgés en moyenne de 70 ans,  ayant subi un AVC ou un accident ischémique transitoire. 25 % des participants avaient des niveaux élevés de triglycérides, définis comme des niveaux de triglycérides à jeun >150 milligrammes par dL. Les participants ont été suivis durant 1 an. Après ajustement avec les différents facteurs de confusion possibles, dont le taux de cholestérol et l'utilisation de statines, l’analyse révèle que :

 

  • des taux élevés de triglycérides sont associés à un risque accru de 21 % de décès, d’AVC ou de maladie cardiaque à 1 an vs un risque 10 % plus élevé les participants avec des taux de triglycérides inférieurs ;
  • les participants victimes d’un second AVC après un premier AVC athérothrombotique, représentent 16 % des participants à taux sanguin de triglycérides élevés vs 12 % des participants à taux sanguin de triglycérides dans la norme ; cela confirme un risque plus élevé de second AVC chez les personnes à taux de triglycérides élevés ;
  • pour le syndrome coronarien aigu, 0,9 %, des participants ayant des taux de triglycérides normaux ont développé une maladie cardiaque un an après un AVC athérothrombotique, vs 8 % des participants ayant des taux de triglycérides élevés ; cela confirme un risque plus élevé de maladie cardiaque chez les personnes à taux de triglycérides élevés ;
  • aucune association n’est retrouvée entre des niveaux plus élevés de triglycérides et de futurs problèmes cardiovasculaires chez les personnes qui ont subi un autre type de premier AVC de type « cardio-embolique ».

 

En résumé, « les niveaux de triglycérides apparaissent ainsi comme une cible possible de prévention de futurs AVC

et d'autres problèmes cardiovasculaires, notamment chez les personnes ayant subi un premier AVC de type athérothrombotique. Si le traitement par statines est toujours efficace pour les personnes ayant des taux élevés de triglycérides, il reste nécessaire de prendre en compte tout l’arsenal d’outils de réduction des triglycérides, dont l’adoption d’un régime alimentaire équilibré, la pratique de l’exercice ainsi que l’apport d'acides gras oméga-3 ».

 

L'étude ne démontre cependant pas que l'abaissement de taux élevés de triglycérides puisse empêcher les personnes victimes d'un premier AVC athérothrombotiques de développer des problèmes cardiovasculaires plus tard dans leur vie. Mais la surveillance s'impose...

Autres actualités sur le même thème