Vous recherchez une actualité
Actualités

Trop de SUCRE favorise la croissance des tumeurs du sein et des métastases

Actualité publiée il y a 4 années 11 mois 2 jours
Cancer Research

Cette étude de l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center identifie un mécanisme par lequel le saccharose ou le fructose alimentaires affectent la croissance des tumeurs du sein et des métastases. L'étude précise la voie moléculaire (12-LOX), en cause dans ce processus. Les conclusions de l’étude, présentée dans la revue Cancer Research mettent clairement en garde contre l’excès de sucre dans nos régimes occidentaux.

De précédentes études ont déjà suggéré cet impact de la consommation alimentaire de sucre sur le développement du cancer du sein, et sur l'inflammation associée.


L'équipe du MD Anderson a mené 4 études différentes dans lesquelles des souris ont été réparties pour suivre différents régimes alimentaires. L'étude pointe ainsi l'impact du sucre alimentaire sur les voies inflammatoires impliquées dans le développement et le risque de cancer du sein et de métastases, y compris aux poumons. L'étude montre les effets des sucres sur une voie de signalisation enzymatique connue sous le nom de 12 LOX (12-lipoxygénase). Les chercheurs constatent en effet, chez l'animal, que la consommation de saccharose à des niveaux équivalents à ceux des humains suivant un régime alimentaire de type occidental, conduit à la croissance de la tumeur et à une augmentation du risque de métastase par rapport à un régime sans sucre.

· Au bout de 6 mois, 30% des souris à un régime témoin avec amidon (un glucide complexe présent majoritairement dans les végétaux) présentent des tumeurs mesurables,

· 50 à 58% des souris nourries avec les régimes enrichis en saccharose présentent des tumeurs mammaires,

· le nombre de métastases pulmonaires s'avère significativement plus élevé chez les souris nourries avec un régime enrichi en saccharose ou en fructose, vs amidon.

2 protéines en question : L'analyse suggère que le saccharose ou le fructose alimentaires induisent des niveaux plus élevés de 12-LOX et de 12-HETE dans les cellules tumorales du sein in vivo. Le Pr Yang Peiying, professeur de médecine et auteur principal de l'étude précise ainsi que cet effet du sucre s'explique, en partie, par une augmentation de l'expression de 12-LOX et d'un acide gras lié, appelé 12-HETE : « Nos résultats désignent une voie de signalisation possible responsable de la croissance de la tumeur induite par le sucre, chez la souris ».

Une consommation de sucre modérée est essentielle : Identifier les facteurs de risque pour le cancer du sein est une priorité de santé publique. Si la consommation de sucre modérée est essentielle, une consommation excessive, via l'augmentation de la consommation de boissons sucrées par exemple, a déjà été identifiée comme un facteur majeur de l'épidémie d'obésité, du risque de maladies cardiaques et de cancer. Selon cette étude, c'est précisément l'excès de fructose, de sucre de table (saccharose) et de sirop de maïs à haute teneur en fructose, omniprésents dans nos régimes alimentaires occidentaux, qui doit être évité.

Reste encore à valider cette cascade inflammatoire chez l'Homme et ses effets sur la cancérogenèse, ainsi que l'intérêt de la voie 12-LOX, comme cible thérapeutique possible.

Autres actualités sur le même thème