Vous recherchez une actualité
Actualités

PARODONTITE : Sévère, elle prédit le risque de cancer

Actualité publiée il y a 1 année 9 mois 1 jour
Journal of the National Cancer Institute
L'étude conclut à une augmentation de 24% de l’incidence du cancer chez les participants atteints de parodontite sévère.

C’est la plus grande analyse à ce jour de données d’examens dentaires et sur l’association de la parodontite sévère avec le risque de cancer. Cette étude collaborative de plusieurs instituts de recherche américains apporte ainsi des preuves supplémentaires d’un risque accru de cancer chez les personnes atteintes de maladie gingivale avancée. L'étude, présentée dans le Journal of the National Cancer Institute, menée sur les données de santé buccodentaire de plus de 7.000 participants conclut à une augmentation de 24% de l’incidence du cancer chez les participants atteints de parodontite sévère.

 

Cette maladie des gencives avancée, ou parodontite, est causée par une infection bactérienne qui endommage les tissus mous et les os qui soutiennent les dents. De précédentes recherches ont suggéré un lien entre la parodontite et des maladies très diverses dont l’athérosclérose, la démence, la polyarthrite rhumatoïde, et même la dysfonction érectile, au point qu’on peut se poser la question d’un simple signe d’un mauvais état global de santé. Ici, les chercheurs américains suggèrent un nouveau lien avec le risque de certains cancers, bien que le mécanisme reliant les deux maladies reste encore incertain.

 

Les chercheurs de la Tufts University, de la Johns Hopkins et du Kimmel Cancer Center ont analysé les données d'examens dentaires complets de 7.466 participants à une étude sur l'athérosclérose, suivis durant plus de 20 ans. Les chercheurs ont pris en compte l'impact du tabagisme, les fumeurs étant plus à risque de maladie parodontale, de cancer du poumon et du côlon. Au cours de la période de suivi, 1.648 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués. L’analyse montre :

  • une augmentation de 24% du risque de cancer chez les participants atteints de parodontite sévère, vs aucune parodontite ou parodontite légère au départ de l’étude ;
  • les participants n’ayant plus de dents -soit un signe de parodontite sévère – présentent un risque de cancer accru de 28% ;
  • le risque le plus élevé est observé pour le cancer du poumon, puis le cancer colorectal ;
  • les participants présentant une maladie parodontale sévère ont plus de 2 fois plus de risque de développer un cancer du poumon, vs parodontite faible ou légère ;
  • les participants n’ayant plus de dents encourent quant à eux augmentation de 80% du risque de cancer du côlon ;
  • les patients atteints de parodontite sévère présentent une petite augmentation du risque de cancer du pancréas, statistiquement non significative, mais déjà suggérée par d'autres études ;
  • enfin, aucun lien n’a été identifié entre la parodontite et le risque de cancer du sein, de la prostate ou du sang / lymphe.

 

 

Les mêmes bactéries des gencives au côlon : l’auteur principal, le Dr Dominique Michaud, professeur de santé publique et de médecine communautaire à Tufts appelle donc à des recherches supplémentaires pour évaluer si la prévention des maladies parodontales et leur traitement pourraient permettre de réduire l'incidence du cancer et des décès associés. Par ailleurs, il rapproche ses résultats d’une étude récente présentée dans Science, qui démontre que les tissus du cancer colorectal contiennent des bactéries présentes dans la bouche, y compris les bactéries associées à la maladie parodontale.

 

Chez les non-fumeurs aussi : l’analyse des données des participants qui n'ont jamais fumé montre que la maladie parodontale sévère est liée à un risque accru de cancer du poumon et de cancer colorectal.

L’étude souligne enfin l'importance d'étendre l'assurance et la complémentaire santé dentaire à plus de patients.

Autres actualités sur le même thème