Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TUBERCULOSE : Des anticancéreux contre la granulomatose

Actualité publiée il y a 1 mois 12 heures 16 min
PNAS
Que pourrait nous apprendre le cancer sur la tuberculose ? (Visuel Adobe Stock 333721267)

Que pourrait nous apprendre le cancer sur la tuberculose ? La recherche, menée par une équipe de pharmacologues de l’University of Notre Dame (Indiana) et publiée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine a comparé, pour la première fois, les granulomes qui se forment dans la tuberculose et les tumeurs qui se forment dans le cancer. Cette analyse suggère que des thérapies contre le cancer pourraient être prometteuses aussi dans la lutte contre la tuberculose.

 

Une fois que le système immunitaire du corps est infecté par la tuberculose, il forme des granulomes -qui sont des amas compacts de globules blancs – dans le but d’isoler les bactéries responsables de l’infection dans les poumons. En cas de cancer, se forment des tumeurs ou amas de cellules anormales. Ces 2 types d’agrégats sont structurellement et fonctionnellement anormaux. Dans ces 2 types,

les structures vasculaires sont compromises et fuient, ce qui compromet l’efficacité des traitements.

L’auteur principal, Meenal Datta, professeur à l'Université de Notre Dame commente cette découverte : « Nous montrons cette similitude physiopathologique entre ces 2 maladies caractérisées pourtant par des facteurs et des symptômes différents. Le cancer n’a rien à voir avec une maladie infectieuse. Et pourtant, ces 2 maladies induisent le même dysfonctionnement dans les vaisseaux sanguins ».

Un même dysfonctionnement dans les vaisseaux sanguins

L’étude, qui s’appuie sur des décennies de recherche sur le cancer, identifie une combinaison de médicaments susceptibles d'améliorer la circulation sanguine dans les granulomes, ce qui permettrait d’optimiser l'administration des médicaments. Tout comme dans les tumeurs, de nombreux vaisseaux sanguins dans les granulomes sont comprimés ou fermés. Dans le cas du cancer, c’est la masse tumorale croissante et l’échafaudage protéique de soutien ou matrice qui comprime les vaisseaux. Les chercheurs ont fait l’hypothèse d’un mécanisme similaire en jeu dans la TB.

 

  • La recherche confirme en effet ce même phénomène avec les granulomes : trop de masse cellulaire et d’échafaudage protéique. Cette masse rend la circulation sanguine dans les vaisseaux sanguins presque impossible, inhibant la capacité des vaisseaux à acheminer un médicament vers le site de la tuberculose.

 

Quelles options ?

 

  • Le losartan, un médicament abordable utilisé pour traiter l'hypertension artérielle. Ayant pour effet secondaire bénéfique de réduire la quantité de matrice créée à l’intérieur d’un granulome, permet de rouvrir les vaisseaux sanguins comprimés et de rétablir le flux sanguin.
  • La combinaison du losartan avec le bevacizumab, un médicament utilisé par les patients atteints de cancer pour arrêter la surproduction de vaisseaux sanguins permet de restaurer, chez des animaux modèles de TB, les vaisseaux sanguins du granulome ;
  • même sans antibiotiques, la combinaison permet une réduction des bactéries tuberculeuses dans les granulomes.

« Nous obtenons de bons avantages thérapeutiques, même sans ajout d'antibiotiques. Ces thérapies favorisaient la réponse inflammatoire du corps pour lutter contre les bactéries, ce à quoi nous ne nous attendions pas ». Des essais cliniques devront encore valider ces données.


Plus sur le Blog Cancer

Autres actualités sur le même thème