Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TUBERCULOSE : Le test qui pourrait détecter des millions de propagations

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 5 jours
Journal of Clinical Investigation
Les scientifiques se rapprochent enfin d'un test sanguin qui pourrait détecter des millions de propagations silencieuses de la tuberculose (Visuel Adobe Stock 640031876)

Les scientifiques se rapprochent enfin d'un test sanguin qui pourrait détecter des millions de propagations silencieuses de la tuberculose (TB). Cette recherche menée à Université de Southampton et publiée dans le Journal of Clinical Investigation, qui révèle de nouveaux biomarqueurs de la maladie, marque une étape majeure vers la mise au point d’un tel test sanguin : identifier des millions de personnes qui propagent la tuberculose sans le savoir permettrait en effet de freiner considérablement la propagation de la maladie.

 

Les chercheurs rappellent que la TB « fait »10 millions de cas, c’est la maladie infectieuse la plus mortelle au monde avec plus d'un million de décès chaque année. En collaboration avec des experts du monde entier, ces biologistes et pneumologues de l'Université de Southampton viennent d’effectuer l’analyse la plus détaillée jamais entreprise des marqueurs sanguins de l'infection bactérienne. Cette étude révolutionnaire identifie ainsi un groupe de marqueurs biologiques présents à des niveaux élevés chez les patients infectieux.

 

L'auteur principal, le Dr Hannah Schiff, pneumologue à Southampton, rappelle que « plus d’un tiers des personnes infectées ne sont pas diagnostiquées et restent contagieuses ». La tuberculose se propage par l’inhalation de minuscules gouttelettes provenant de la toux ou des éternuements de personnes infectées et, même si elle affecte principalement les poumons, elle peut dévaster n’importe quelle partie du corps.

Réduire la transmission silencieuse

L’étude utilise une nouvelle technique en protéomique, qui a permis d'identifier, dans le sang de participants atteints de tuberculose active en Afrique et en Amérique du Sud, dans un premier temps 118 protéines qui différaient de manière significative entre les participants atteints de tuberculose, les participants en bonne santé et les participants souffrant d'autres maladies respiratoires. Cette sélection a ensuite été réduite à un ensemble de 6 protéines qui forment une signature extrêmement précise et distinctive, permettant d’identifier la TB.

 

  • L’analyse aboutit à une toute nouvelle option de diagnostic de la maladie :

un test simple qui détecte dans le sang la signature de la maladie.

Ces résultats viennent améliorer la feuille de route pour prévenir la propagation de la maladie, les prochaines recherches consistant désormais à développer un test pouvant être utilisé pour identifier les millions de personnes qui transmettent la tuberculose sans le savoir.

Plus sur le Blog Diagnostic

Autres actualités sur le même thème