Actualités

VACCIN COVID : Cancer du sang, 2 doses minimum s’imposent

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 6 jours
Cancer
Les adultes atteints de cancers du sang répondent au rappel, et non à la première dose du vaccin COVID-19 (Visuel Adobe Stock 472002477)

Les adultes atteints de cancers du sang répondent au rappel (2è dose) et non à la première dose du vaccin COVID-19, souligne cette étude de cancérologues et d’immunologues de l'Université Brown. Dans cette étude publiée dans la revue Cancer, des patients atteints de cancer du sang n’ont pas répondu à la 1ère dose, cependant la plupart des participants développent bien une réponse immunitaire après une seconde dose de rappel. Aucun des patients de cette étude, présentant des réponses anticorps, n'est décédé du COVID-19.

 

Les personnes atteintes de cancers du sang dont la leucémie, le lymphome et le myélome multiple ont un système immunitaire affaibli en raison de leur maladie et de son traitement, ce qui les expose à un risque accru d'infection sévère au COVID-19 et à une réponse réduite à la vaccination. Cette étude révèle qu’ainsi moins de la moitié des patients atteints d'hémopathies malignes développent des anticorps détectables après la première dose.

56 % des « non-répondeurs » à la 1ère dose, répondent à la 2ème

L’étude : l’équipe du Dr Thomas Ollila de l'Université Brown a analysé rétrospectivement les réponses anticorps à la vaccination initiale et à la 2è dose de vaccin COVID, chez 378 patients atteints de différents types de cancer du sang. L’analyse révèle que :

 

  • des anticorps anti-SARS-CoV-2 ont été détectés dans le sang de 181 soit 48 % des patients après 1 première dose d’un des 3 vaccins COVID-19 autorisés ou approuvés par l’Agence américaine, Food and Drug Administration (FDA) ;
  • les patients atteints d'un cancer plus actif ou récemment traités avec une thérapie d'appauvrissement des cellules immunitaires étaient les moins susceptibles de produire ces anticorps ;
  • parmi les participants n’ayant pas développé de réponse anticorps après la 1ère dose, 56 % ont développé une réponse après une 2è dose ;
  • fin février 2022, 33 patients soit 8,8 % avaient développé une infection au COVID-19 et 3 sont décédés (0,8 %). Aucun patient ayant développé une réponse anticorps n'est décédé ;
  • aucun patient ayant reçu une thérapie par anticorps (tixagevimab plus cilgavimab : thérapie autorisée par la FDA en situation d’urgence) n'a été diagnostiqué avec une infection au COVID-19.

 

Ces résultats confirment les preuves de la littérature montrant que les patients atteints d’un cancer du sang ont une réponse altérée à la vaccination COVID. Les décès dus au COVID-19 se produisent chez ceux qui présentent « des anticorps indétectables ».

 

Cela impose aux cliniciens de vérifier les niveaux d'anticorps et de mettre en œuvre une thérapie prophylactique par anticorps chez ce groupe de patients.

Autres actualités sur le même thème